samedi 7 mars 2020

Nos lectures de Mars 2020

Présents : Jeanine, Roger, Chantal D, Daniel, Chantal J., Jeannine, Jacques, Isabelle, Monique, Eric, Rolande,Françoise,Philippe, Madeleine, Bernadette, Marie-Madeleine, Claudine, Marie-Geneviève.
Notre prochaine réunion aura lieu le samedi 4 avril 2020. Prochaines rencontres : Les 4 avril, 16 mai et 13 juin.
En début de séance Cécile est venue nous parler du festival du polar de Mauves en mai et nous proposer d'y participer en préparant quelques lectures à haute voix. Fabienne nous invite à la rencontre à 16h00 ce jour, avec Sylvain Forge, auteur de polars confirmé.

Résultat de recherche d'images pour "La ligne des rats"
Jeannine : La ligne des rats de Sylvain Forge. Victime de pesticides, une jeune femme connaît une mort foudroyante, la même que son père. Thomas, son compagnon, appartient à un groupe écologiste. Il enquête et remonte la filière de multinationales, en Thaïlande. Il est frappé à mort par des représentants de ces groupes qui agissent pour leur profit, indépendamment de la santé des populations, en trouvant « toujours des combines » pour continuer. Un psychologue va chercher qui a tué. Cette histoire policière, construite à partir d'un vécu, est facile à lire et on y fait « le tour de tous les pays du monde ».
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "Les mots perdus du Kalahari"
Marie-Madeleine : Les mots perdus du Kalahari d'Alexander McCall Smith. C'est un roman-détente. Nous rencontrerons une détective, plantureuse et pleine de bon sens. Nous sommes au Botswana où une agence d'enquêteurs va venir s'installer. C'est « rigolo », très plaisant, avec des chapitres courts. Sourire aux lèvres assuré !
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "jeu blanc"
Isabelle : Jeu Blanc de Richard Wagamèse. Saul Indian Horse raconte son début de vie dans une tribu des montagnes.En désintoxication il recherche les causes profondes de son mal. Il y a cet internat catholique, où, enfant, il a été maltraité par les religieuses. Sa passion pour le hockey sur glace en fera un grand champion. Toujours il connaîtra le racisme blanc envers « ceux des tribus ». Il sera accueilli par une famille. Saul se sera mis dans la peau de l'enfant et de l'adolescent meurtri pour se comprendre. Il verra que ses traumatismes sont à l'origine de son alcoolisme.
Résultat de recherche d'images pour "L'archipel du chien"
Chantal J. : L'archipel du chien de Philippe Claudel. Trois corps d'hommes s'échouent sur la plage. Un chien aboie, puis un autre. Il vient renifler les corps dont les visages sont contre le sable. Les habitants doivent ramener les cadavres de ces noirs de vingt ans. Ils montreront leurs petitesses, leurs humanités ou leurs égoïsmes. Un « espadon », en fait un pêcheur, préviendra le maire. C'est raconté par un instituteur venu sur l'île voir comment, pour les gens, « venir d'ailleurs est insupportable ».
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque

Résultat de recherche d'images pour "Les inéquitables"
Daniel : Les inéquitables de Philippe Djian. Dans ce 16° roman, l'auteur fait un récit d'après des faits récents. Le personnage central, Patrick, se fait tuer dans un attentat et sa femme, Diana, très amoureuse, veut se suicider. Son frère, Marc, la protège. Il découvre fortuitement des paquets de drogue. C'est la vie de personnages « cabossés », mal dans leur peau, où l'amour flirte avec la mort. Dans ce chaos naissent de nouveaux sentiments, alors que des amitiés se défont. Le texte est construit sans chapitre, tout s'y enchaîne.
*Disponible à la médiathèque

Résultat de recherche d'images pour "Nos âmes la nuit livre"
Philippe : Nos âmes la nuit de Kent Haruf. Histoire d'amour rafraîchissante entre deux « jeunes » tourtereaux de 75 ans, veufs, dans une petite ville aux jardins bien taillés. Nous sommes aux USA. Une voisine sonne à la porte de cet homme seul. Elle lui explique son ennui dans sa solitude et le souhait qu’une personne passe une nuit par semaine dans sa maison.Un instant interloqué, il accepte et s'y rend, le lendemain, avec quelques affaires. Ils se racontent leurs vies. Mais le qu'en dira-ton ? Que penseront les voisins et, notamment les enfants ? Succès énorme de ce roman, porté à l'écran par..Jane Fonda et Robert Redford. L'auteur perdra la vie dans un accident d'avion la veille du succès de son livre !
Coup de cœur 
Résultat de recherche d'images pour "dites aux loups que je suis chez moi"
Jeanine : Dites aux loups que je suis chez moi de Carol Rifka brunt. « Roman américain des années 80. C'est l'histoire d'une adolescente de 14 ans qui admire son jeune oncle, frère de sa mère, et qui en est secrètement amoureuse platoniquement. Il est un grand artiste peintre dans la trentaine qui, presque au début du livre, va mourir du sida, maladie dont on ne parle pas. Suite à ce décès elle va faire la rencontre d'un jeune homme qui se présente comme un ami du mort, et, petit à petit, elle va comprendre, et ses parents avec elle, que cet homme était l'amant du disparu. Il y a de la jalousie, il y de la haine, et tout ce qu'un être humain peut exprimer dans la douleur. Puis la fin, sorte de rédemption, puisque, quelques années plus tard, cette même jeune fille recueillera chez elle ce garçon dans la dernière semaine de sa vie.C'est la chronique bouleversante des années sida vues par les yeux d'une jeune ado. »
Résultat de recherche d'images pour "retours d'histoire"

Jacques : Retours d'histoire de Benjamin Stora. L'auteur s'interroge sur 60 ans d'une histoire plus ou moins confisquée aux algériens. Cela nous concerne car nous sommes impliqués dans ces événements. En 61/62 il y eut l'indépendance confisquée. Nos deux pays sont très liés. Les mémoires visent à la réconciliation. 
Il y a le rapport à notre histoire coloniale et notre ressenti de la décolonisation.
Résultat de recherche d'images pour "comment apprendre à s'aimer motoya"

Chantal D. : Comment apprendre à s'aimer de Motoya Yukiko. L'auteure a exploré la vie conjugale et a eu le prix Goncourt japonais pour « Mariage contre nature ». Tous les âges sont observés jusqu'à 63 ans. Il faudra beaucoup d'années pour que Linde s'accepte. Les espoirs peuvent être déçus, à la recherche d'un amour idéal. «Il faut prendre tous les petits bonheurs de la vie », avec cela Linde pense, au bout de 63 années, qu'elle n'a pas raté la sienne...après des désillusions...



Résultat de recherche d'images pour "portraits sentimentaux claire bretecher"
Roger : Portraits sentimentaux de Claire Brétécher. La lumineuse créatrice d'Agrippine et des Frustrés nous a quittés après nous avoir enchantés, émerveillés, par ces scènes caustiques essentiellement celles des « bobos » qui peuvent nous entourer. Ses personnages, créés à minima, souffrant tous d'une physionomie grimacière simpliste et si caractéristique, étaient la marque de fabrique de l'artiste. Ce qui est moins connu d'elle, c'est son talent de peintre visagiste car elle l'avait réservé aux siens, à sa famille. Jusqu'à accepter d'en éditer un livre, pour la plus grande joie des amoureux du portrait. On peut s'y délecter à y voir vivre les enfants, les mêmes plus grands, et puis ensuite à l'âge mûr. Ça ne se décrit pas ! Une merveille !

samedi 8 février 2020

Nos lectures de Février 2020

Présents : Jeanine, Roger, Chantal D, Daniel, Chantal J., Jeannine,Françoise, Gaëlle, 
Philippe, Madeleine, Bernadette, Marie-Madeleine.

Résultat de recherche d'images pour "le ciel par dessus"
Chantal D : Le ciel par dessus le toit de Natacha Appanah. Le titre du roman fait référence à un poème de Verlaine.Trois vies de souffrance : la mère démissionnaire qui ne sait pas aimer ses enfants, sa fille,Paloma, et son fils, Loup. Elle a eu une histoire douloureuse avec des parents indifférents et a dû être internée en psychiatrie pour avoir incendié le domicile. Paloma quitte la famille, à la recherche de son père en promettant de revenir, ce qu 'elle ne fait pas. Ça détermine son frère, en grande angoisse, à partir à sa recherche, à 17 ans, en voiture.Il est arrêté suite à une infraction routière et incarcéré. Sa mère en est dévastée. Description de la vie carcérale.   Il y a beaucoup d'émotions et il est préférable de lire tout d'un seul trait pour suivre le fil de l'histoire.De nombreuses questions, au final, avec cette inéluctable transmission du mal être d'une génération à l'autre:  Comment sortir d'une enfance dévastée ? Comment ne pas reproduire le passé ?      
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "Du temps qu'on existait"
Chantal D Du temps qu'on existait de Marien Defalvard : Ce roman avait décontenancé Jeanine, notamment par la jeunesse de l'auteur, 19 ans. Bien écrit, ce roman commence et finit, chaque fois, par un enterrement. C'est le défunt qui raconte, sur une période de 1970 à nos jours, l'esquisse de la vie et de ses contraintes.Difficile d'entrer dans ce roman.
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "C'était la P.J."
Jeannine : C'était la P.J. de Frédéric Ploquin. Toute l'actualité policière d'une époque de 1960 à 1990 où chaque patron de service agissait sans avoir de réglementation. Flics d'un autre temps qui rêvaient d'arrêter les malfrats en flagrant délit. Histoire hachée, décousue, avec des flash backs. Les « grands flics » pouvaient vendre leurs succès aux médias avec la complaisance des magistrats.                                                                                                                         
Résultat de recherche d'images pour "L'énigme du retour"
Jeannine : L'énigme du retour de Dany Laferrière. L'auteur et son père, réfugiés d'Haïti au Canada, avaient connu chacun leur dictateur ; papa Doc puis bébé Doc. Les hommes s'expatriaient de leur pays de crainte d'être éliminés. Description de la violence et de la pauvreté en Haïti sans autre perspective que la prison et la mort. Dans ces conditions, la fuite est synonyme de rupture avec la famille.
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "jablonka laetitia"
Marie-Madeleine : Laetitia d'Ivan Jablonka. L'assassinat de Laetitia, à la Bernerie nous est familier. L'auteur est un homme sensible et l'auteur de ce crime odieux notamment dans son macabre acharnement, est présenté comme un « être comme tout le monde », et non comme un monstre. Enfant Il avait été placé, dans le cadre de la protection de l'enfance. Description des réactions des politiques et des médias.
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque

Résultat de recherche d'images pour "Aveu de faiblesse"
Bernadette : Aveu de faiblesse de Frédéric Viguier. Yvan a 16 ans. Il a grandi avec un poids : il est convaincu d'être laid en raison des regards portés sur lui, des brimades et des moqueries de ses camarades. Sa vie oscille entre espoir et résignation. A l'école il est un soufre douleur. Sa relation avec sa mère n'est pas claire, elle fabrique des figurines dans du beurre (?) et il l'admire. Lors de l'assassinat d'un jeune du quartier Yvan est accusé. Il est le coupable « tout trouvé » . Il s'ensuit un feuilleton à suspens, jusqu'à la dernière page ! « Sympa à lire ».
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque

Résultat de recherche d'images pour "Les enquêtes de Nicolas Le Floch"
Philippe : Les enquêtes de Nicolas Le Floch de Jean-François Parot. L'auteur est historien et diplomate. Le héros, commissaire, « monte » à Paris pour servir dans la police du Roi Louis XVI. Il va enquêter sur la mort d'un ancien contrôleur général de la Marine. Le Paris de l'époque est bien décrit, bas-fonds, lieux glauques et miséreux. Petite et grande histoire se mêlent, les personnages historiques étant dans l'intrigue.Roman historique passionnant.





Résultat de recherche d'images pour "A crier dans les ruines"
Madeleine : A crier dans les ruines d'Alexandra Koszelyk. Deux ados amoureux vivent près de la centrale de Tchernobyl. Yvan habite dans une maison en forêt et Lena dans la ville moderne créée pour les employés de la centrale où son père est ingénieur. L'explosion de la centrale bouleverse leurs vies. L'ingénieur a une proposition et un visa pour la France et s'y installe avec sa famille. Yvan écrit à Lena mais n'a pas son adresse. Elle en fait de même mais le courrier n'arrive jamais. Elle le croira mort. Elle deviendra archéologue et gardera toujours la douleur du déracinement, d'autant que sa grand-mère, en France avec eux, lui raconte la vie là-bas. Vingt ans après elle retourne à Tchernobyl et retrouve Yvan qui est revenu sur le site après en avoir été externalisé.Très belle écriture. Histoire d'une catastrophe et d'un déracinement. 
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque

Résultat de recherche d'images pour "Long week-end maynard"
Françoise : Long week-end de Joyce Maynard. Il a 13 ans et il raconte. Adèle, sa mère est dépressive et mal dans sa peau. Il la protège. C'est compliqué mais il y a énormément d'amour. Un taulard en cavale se réfugie chez eux. Il est attachant et crée une nouvelle ambiance mais ce n'est pas simple pour cacher cette présence aux voisins à cause des recherches. Il se passe toutes sortes d'événements. « On les aime bien tous les trois ». De l'humour, des rebondissements.                                                                                                                      

Daniel nous cite Home de Toni Morrison, Un homme retrouve sa sœur, après la guerre de Corée.

Jeanine nous présente son livre : Lorsque je n'aurai ni temps, ni nom, ni place. Manuscrit en deux tomes, six années d'écriture !

samedi 11 janvier 2020

Nos lectures de Janvier 2020

Présents: Jeanine, Roger, Chantal D, Daniel, Chantal J., Jeannine, Isabelle,Françoise, Marie -Geneviève, Christine, Gaëlle, Marie-Geneviève.

Résultat de recherche d'images pour "La police des fleurs, des arbres et des forêts""
Roger : La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puértolas. La victime a été dépecée, transportée dans une quinzaine de sacs des Galeries Lafayette, le tout jeté dans une cuve d'une usine de fabrication de confitures ! Les quelques lignes téléphoniques alimentant ce monde rural ont été coupées, et l'inspecteur communiquera avec la Procureure par courrier. Récit cocasse, la population du village ne sait rien et l'enquête s'avère compliquée d'autant que la victime, on sait qu'elle a 16 ans, a une identité incomplète et une famille improbable. Le dénouement est à un niveau rare de supercherie !
Coup de cœur 
Résultat de recherche d'images pour "Nom de Dieu livre""
Jeanine : Nom de Dieu de Philippe Grimbert (psychanalyste). C'est un roman décapant dans lequel la cruauté de notre société finit par avoir raison des élans les plus nobles de son héros. C'est un croyant fervent mais sa foi, mise à l'épreuve par une avalanche de catastrophes, va le transformer en prophète halluciné, réglant publiquement ses comptes avec le créateur. C'est un conte entre émotion et humour qui propose au lecteur, sous les dehors d'une comédie grinçante, une interrogation plus grave sur la condition de l'homme moderne qui n'a fait qu'échanger la pierre de silex contre un téléphone portable.
Coup de cœur 
Résultat de recherche d'images pour "Une activité respectable""
Chantal D. : Une activité respectable de Julia Kerninon. Autobiographique. Déclaration d'amour à la littérature ! Elle a beaucoup de chance : ses parents étaient « dévoreurs » de livres et, à 5 ans ½, elle disposait d'une machine à écrire ! Elle a donc voulu être écrivaine. Ses journées seront consacrées à la lecture, à la littérature. Mais écrire, être une écrivaine authentique, c'est possible à condition d'être libre. Et, pour cela il faut un minimum d'argent. Elle sera une serveuse de restaurant consciencieuse pendant cinq ans. C'est écrit simplement. Ode aux phrases éternelles dans la littérature et à l'évasion dans la lecture ! 
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque
Les gratitudes eBook by Delphine de Vigan
Jeannine : Les gratitudes de Delphine de Vigan : Cette vieille dame, en début de maladie d'Alzheimer accepte d'entrer dans un EPAHD. Rescapée de la Shoah, elle cherche le couple qui l'a accueillie pendant la seconde guerre mondiale. Il y a Marie, sa visiteuse, et ce monsieur qui fait des recherches pour elle. C'est drôle, à cause de la confusion des mots
Coup de cœur 

*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "le bal des folles""
Isabelle : Le bal des folles de Victoria Mas : Au 19ème siècle à l'hôpital de la Salpétrière avec le professeur Charcot. Des expériences sont réalisées sur les « hystériques » au moyen de l'hypnose, et ce, en public ! Dans un but thérapeutique des bals sont organisés entre les malades. Ils sont un lieu de voyeurisme, pour la bourgeoisie, invitée  à y assister. Portraits de femmes internées et données spectacle.C'est un témoignage sur la société patriarcale avec le témoignage de ces hommes qui se débarrassent de leurs filles, de leurs femmes.
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "Tout le bleu du ciel""
Chantal J: Tout le bleu du ciel  de Mélissa da Costa : Il a 26 ans et est atteint d'une forme de la maladie d'Alzheimer précoce qui le condamne à une échéance de deux années. Sa famille veut l'hospitalisation et lui décide de faire un ultime voyage en camping-car. Pour ce faire il passe une petite annonce pour être accompagné. Une jeune femme se propose et ils partent dans le grand sud de la France. Ce qu'ils vivront sera parfois incroyable et touchant. On assiste à une très belle relation humaine entre eux deux et avec les personnes rencontrées. Chacun est parti avec son histoire personnelle.  
Coup de cœur 
Résultat de recherche d'images pour "Le restaurant de l'amour retrouvé""
Gaëlle : Le restaurant de l'amour retrouvé de Ogawa Ito. Elle vit de petits boulots dans des restaurants. Au retour du travail elle retrouve son appartement vidé par son compagnon qui est parti. Elle retourne alors vivre chez sa mère et décide d'ouvrir un petit restaurant en utilisant le savoir-faire que sa grand mère lui avait transmis. Elle va demander préalablement à ses clients ce qu'ils aiment manger et leur servira des mets qui procurent le bonheur. C'est poétique, doux. « Ça se lit comme des petites nouvelles ». Livre lumineux sur le partage et le don. 
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "La panthère des neiges livre""
Françoise : La panthère des neiges de Sylvain Tesson. Rencontrant Vincent Munier, photographe animalier, l'auteur accepte son invitation à traquer des blaireaux, tapis pendant des heures, avec la seule respiration comme mouvement. Le spectacle de l'apparition de deux blaireaux puis de leurs quatre petits sera, pour lui, «l'une des plus belles soirées de sa vie »  Conquis, il va accompagner Vincent au Thibet pour approcher la panthère des neiges. Description de ce voyage par de grands froids avec des bivouacs dans des cabanes plus ou moins abandonnées. Puis l'apparition prodigieuse du félin avec, ensuite, plusieurs jours de recherches pour tenter de le voir à nouveau. Que de journées à l'affût et où il ne se passe rien ! 
Coup de cœur 
*Disponible à la médiathèque

samedi 14 décembre 2019

Nos lectures de Décembre 2019

Présents : Jeanine, Roger, Chantal D,  Bernadette, Daniel,Jacques, Monique, Eric, Marie-Madeleine, Marie-Geneviève.

Marie-Madeleine: Le prince des marées de Pat Conroy. C'est une saga. Celle d'une famille vivant sur une petite île de Caroline du sud. Le père, pêcheur de crevettes est violent, la mère ambiguë. Ils ont trois enfants dont des jumeaux. Tom est l'un d'eux, il raconte. Entamer cette lecture c'est partir en voyage dans la famille.  De la violence, de la poésie, des démons exorcisés, le roman est « prenant ».                                                                      
Résultat de recherche d'images pour "Arrête avec tes mensonges"
Daniel : Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson. « Je suis devenu romancier pour dire toute la vérité ». Amour de jeunesse entre deux garçons, l'année du bac. L'un d'eux observe l'autre, manifestement homo, qui s'intéresse à lui. D'abord une relation brutale, sans parole, puis une liaison s'installe petit à petit. Il y aura séparation, après le départ de l'un d'eux en Espagne. C'est un roman sur l'homosexualité masculine avec des mots forts, crus, mais des sentiments. Thèmes de l'abandon et des amours inavouables.
*Disponible à la médiathèque

Résultat de recherche d'images pour "Les voix du soir"
Roger : Les voix du soir de Nathalie Ginzburg. Chronique d'une petite ville italienne au travers de la vie des membres de deux riches familles bourgeoises avant, pendant et après la deuxième guerre mondiale. Les personnages sont décrits avec économie de mots et tellement de réalisme ! Il y a ce fils du patron de l'usine qui adhère au fascisme, se repent ensuite, sa vie empoisonnée par son engagement passé et qui dit toujours que Mussolini aurait été bien s'il ne s'était pas acoquiné avec Hitler ! La présentation des dialogues est originale. C'est une écriture ciselée ! Se lit avec gourmandise !
Résultat de recherche d'images pour "Le dernier hiver du Cid"
Deux lectrices présentent le même livre : Le dernier hiver du Cid de Jérôme Garcin
Jeanine : « Il est mort en novembre 1959. Il allait avoir 37 ans. Ce livre m'a fait revivre mon adolescence et ma première jeunesse : c'est le théâtre Graslin, le TNP, Jean Vilar, et les jeudis après-midi où je me régalais des grands classiques appris en cours de littérature. Puis c'est la folie de tous ces noms et tous ces titres : Les Orgueilleux-Les Grandes Manœuvres- Fanfan la Tulipe- Les caprices de Marianne- La beauté du Diable-    Le diable au corps- Les liaisons dangereuses- La Chartreuse de Parme et toutes les actrices sublimes qui ont été ses partenaires : Micheline Presle, Michèle Morgan, Maria Casarès, Martine Carol, Danielle Darrieux, Jeanne Moreau, Brigitte Bardot, Anouk Aimée. C'est le temps périmé de la jeunesse enfuie,   le temps où on achetait des livres non massicotés et où on découpait chaque page avec un  coupe-papier. »                                                                                           
Chantal D : Ce sont les quatre derniers mois de la vie de l’acteur racontés par son gendre, Jérôme Garcin.  Gérard et Anne Philippe ont été follement amoureux l'un de l'autre. Ils s'étaient fait cette promesse : « Nous essaierons d'être élégants si un jour nous sommes malheureux ». Anne Philippe elle aura beaucoup soutenu Gérard Philippe et le TNP de Jean Vilar. Par amour elle a tout fait pour que son époux ignore la gravité de son mal et l'issue imminente, avec la complicité du médecin et du chirurgien. On lui a laissé croire qu'il avait été opéré alors qu'on avait seulement constaté que rien n'était plus possible. Gérard Philippe avait une immense confiance en la médecine et, jusqu'à la fin, il a profité de son temps pour travailler sur des projets, alors qu'il se sentait affaibli.     Il a beaucoup lu de tragédies classiques et voulait incarner Hamlet.Il avait fondé le Syndicat Français des Acteurs et fut un grand défenseur de la Paix.
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "L'extase du selfie"
Bernadette : L'extase du selfie de Philippe Delerm. Coup de cœur. Quarante textes pertinents, caustiques et poétiques qui se lisent très vite. « Les mots et les gestes nous trahissent ». Lecture du « Pliage d'un drap à deux comme une pavane ».
*Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "poésie La vie entière"
Jacques : Poésie La vie entière de René Guy Cadou et Feuillets d'Hypnos de René Char. Tous les eux restent dans leurs régions, marqués par leurs enfances et la perte de leurs parents. Ils sont opposés de part leurs ancrages dans des terroirs différents, la Bretagne pour Cadou et la Provence et sa sécheresse pour Char. Ils ont en commun la présence de la mort et leur passion des oiseaux et des végétaux. Cadou est plus accessible, plus sensuel que Char avec ses aphorismes. Mon enfance est à tout le monde de René Guy Cadou. Instituteur remplaçant, l'auteur a fait le tour de la Loire Atlantique.                       

Résultat de recherche d'images pour "Poulets grillés"
Marie-Geneviève Poulets grillés de Sophie Hénaff. Une brigade de policiers dont on « ne veut plus » est créée pour les isoler, les « mettre de côté ». Ils sont une cinquantaine de « bras cassés », dans un appartement où ils viennent, « petit à petit ». On leur donne deux ou trois affaires à résoudre, des histoires louches, pas claires, non résolues par leurs autres collègues. C'est très drôle et à lire, vraiment.                                                                        
Résultat de recherche d'images pour "Du temps qu'on existait"
Jeanine : Du temps qu'on existait de Marien Defalgard . Triste, mélancolique, méchant. Livre de fou ? Ahurissant ! Écrire ce roman à 19 ans ? Ce n'est pas dans la norme !                                                                             



Résultat de recherche d'images pour "Edmond Baudoin mediterranée"
Chantal présente un album pour enfants à partir de 10 ans, Méditerranée d'Edmond Baudouin. Le corps d'une fillette migrante est échoué sur une plage. On entre dans ses rêves. Elle voulait fuir en Norvège avec ses parents pour y découvrir la neige. Magnifiques peintures de la mer dans toutes ses turbulences. Symbolique.