samedi 22 octobre 2022

Nos lectures d'Octobre 2022

Présents : Chantal, Bernadette, Monique, Maryvonne, Claudie, Jacques, Roger, Bastien et Daniel.

Site de la médiathèque: https://www.facebook.com/mediatheque.bouguenais.44/

;
Chantal : Les gens de Bilbao naissent où ils veulent de Maria Larrea . En 1943, en Espagne, une prostituée, confie son nouveau né, Julian, aux jésuites. Par ailleurs une femme accouche d’une fille , Victoria, qu’elle abandonne dans un couvent. Dans la misère,  ces enfants se rencontreront, se marieront et émigreront à Paris. Julian, gardien de théâtre, va se montrer violent et alcoolique. Victoria, femme de ménage, sera une femme silencieuse. Leur fille, Maria, réussit sa scolarité et a des projets, dans les études cinématographiques. Suite à une interprétation des tarots, elle veut comprendre quelle est sa filiation et mène une enquête sur le passé de ses parents, à Bilbao. En 1979, elle découvrira leur secret. Ils sont venus l’adopter dans cette ville, à l’époque franquiste où l’illégalité de la procédure était possible. Elle recherchera les naissances le même jour qu’elle dans l’hôpital où elle a vu le jour. Puis elle va engager un détective pour retrouver sa mère biologique. Le secret gardé par les parents adoptifs aura sur eux des conséquences psychologiques ainsi que sur leur santé. Le père, notamment a souffert de ne pas avoir dit la vérité à sa fille. On est happé par ce texte, plein d’énergie et de vie.
*Disponible à la médiathèque
;
Jacques La voyageuse de la nuit de Laure Adler. Ce sont des réflexions sur la vieillesse, celle de l’auteure, puis celle de notre société. La différence entre le vieillissement des hommes et celui des femmes dans notre société patriarcale. *Je suis vieux, mais je suis aussi enfant*.
*Disponible à la médiathèque
;
Bernadette La Cheffe, roman d'une cuisinière de Marie Ndiaye . Le narrateur, confident de la cheffe, est son commis de cuisine. Elle est quelqu’un de très froid, rigide, perfectionniste, dont la seule ambition est la cuisine. Issue d’une famille de six enfants, elle est élevée avec la valeur du travail, dans la rigueur, loin du superflu. Elle a une fille mais, tellement obnubilée par la cuisine et le projet d’un restaurant, elle abandonne son enfant à ses parents. Elle en sera culpabilisée et, à distance, elle cédera à ses caprices. En même temps, le commis est amoureux de sa cheffe et celle-ci , dont le père est sénégalais nie ses origines africaines. Lecture intéressante et fatigante aussi avec des phrases hyperlongues et parfois fastidieuses.
*Disponible à la médiathèque
;
Bastien : Ellana de Pierre Bottero . Premier tome d’une trilogie destinée à la jeunesse. Genre fantastique, très poétique, nous sommes dans un monde imaginaire. Ellana va s’installer à l’ouest avec ses parents, en caravane. Seule rescapée après une attaque par des monstres, les marchombres La voie des marchombres n’apporte ni richesse, ni consécration, elle offre ce que les hommes ont oublié : la liberté. Ellana veut être libre et progresser. Elle travaillera dans un bar et rencontrera un marchombre…
*Disponible à la médiathèque
;
Claudie Sur la route du Danube d' Emmanuel Ruben   . Voici un livre de voyage qui revigore, enchante, instruit et donne matière à penser. Un livre de géographie poétique et politique, dense, riche et qui embarque au long cours, par petites étapes, à vélo, d’Odessa à Strasbourg, suivant le Danube au plus près (48 000 km/48 jours), sur des pistes déglinguées, en traversant les pays des Balkans, à contre-courant du flux touristique, de l’embouchure à la source du fleuve, les rencontres nombreuses, surtout avant l’Autriche et l’Allemagne. Le corps est fourbu, des bivouacs, des cuites, des pédalages en danseuse pour éviter les attaques des chiens, suer à grosses gouttes à l’est de Budapest et se cailler à l’ouest de Vienne. Récit de voyage nourri des affluents que sont l’histoire , la géographie, la littérature européennes, la géopolitique et la colère aussi. *Nous venons tous d’Orient, nous ne sommes pas seulement celtes, francs, romains, visigoths, nous ne sommes pas seulement du Ponant, nous sommes aussi du levant, nous les européens, nous fûmes Tatars, Turcs, Khazars, Bulgares, huns, Scythes, coumans et petchenègues. Istanbul, Kiev ou Moscou ne sont pas moins importantes qu’Athènes, Rome où Jérusalem pour comprendre l’Europe et c’est cette géographie des steppes que nous portons en nous.* Érudit, ce récit est écrit avec la tête, les jambes et le cœur (gros d’une Europe repliée sur elle-même, suissifiée). Aux vivants qui croisent les deux cyclistes, s’ajoutent les morts qui hantent le fleuve, ceux que l’histoire a retenus et les anonymes. *l’Europe ne se réduit pas à la fiction communautaire pour laquelle nous élisons tous les cinq ans des députés dont nous n’entendront plus parler jusqu’à la prochaine échéance. * et *Une autre Europe existe, une Europe tissée de rivières et de vies ordinaires*. Emmanuel Ruben déploie une rapsodie de 600 pages aux accents lyriques, son *extase géographique* en écho à son fleuve de naissance, le Rhône. (texte de Claudie).
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque

samedi 24 septembre 2022

Nos lectures de Septembre 2022

Présents :  Chantal D., Marie-Madeleine, Roger, Monique, Jacques. Eric, Bernadette, Françoise, Marie-Geneviève, Robert, Daniel.

Calendrier: 19 novembre, 10 décembre 2022,14 janvier (rencontre littéraire à 16h00),4 février (atelier d'expression), 11 mars, 8 avril, 13 mai, 10 juin 2023.

Notre prochaine rencontre: samedi 15 octobre en atelier  d'expression  

Site de la médiathèque: https://www.facebook.com/mediatheque.bouguenais.44/

;
Roger : Le grand monde de Pierre Lemaitre .  La famille Pelletier, française, possède une savonnerie prospère à Beyrouth. Quatre enfants. Un fils homosexuel qui s'exile au Vietnam sur les traces de son compagnon, militaire tué au combat, une fille en déshérence après une inscription sans suite dans une école de beaux-arts parisienne, un fils obscur journaliste dans un journal de la capitale faisant croire à la famille qu'il a intégré normale sup et un autre garçon, dangereux et d'une extrême fragilité avec une femme sotte qui ose tout. Histoire prégnante de tous ces personnages embourbés dans des situations ingérables, avec des rebondissements inattendus. Raconté finement dans un contexte historique chargé, l'affaire des piastres étant, à l'époque, un scandale financier politiquement destructeur. C'était l'époque de la guerre d'Indochine.
*Disponible à la médiathèque
;
Daniel Une vraie mère, ou presque de Didier Van Cauwelaert. . Burlesque. Cette mère, très excentrique, a perdu onze points, sur les douze de son permis de conduire! Et ce, trois mois avant sa mort! Beaucoup d'humour.
*Disponible à la médiathèque
;
Bernadette Passion et repentir de William Wilkie Collins . Cet auteur, né en 1824, mort en 1889, est l'inventeur du thriller contemporain dont le principe est de montrer ce qu'il est convenu de taire. C'est le récit, diabolique, de la rencontre de deux jeunes anglaises, au front, lors de la guerre de 1970. L'une est infirmière et l'autre lui raconte son histoire. Elle est issue de la «haute société», se rend chez une tante pour un héritage. Lorsque cette dernière est blessée à mort, l'infirmière décide d'usurper son identité. C'est un roman passionnant sur l'hypocrisie, motrice de l'action. L'usurpatrice finira par être confondue. L'écriture est très précise.
*Disponible à la médiathèque
;
Françoise La tache de Philippe Roth . L'auteur, américain (1933-2018), a eu le prix Médicis. Le narrateur raconte la vie de son voisin, doyen d'université, contraint à la démission pour une accusation de racisme. En fait, cet homme parfait connaisseur de la langue et de la signification des mots, avait employé le terme «zombies» à l'adresse de deux étudiants qu'il n'avait jamais vu dans son cours. Ce terme, employé ici à bon escient car il signifie «fantôme», a été retourné contre son auteur car il est utilisé, dans la culture africaine, pour qualifier les noirs de «bamboulas», ce que le professeur ignorait. Le paradoxe de cette accusation est qu'elle est portée contre un homme lui même d'origine africaine, et qui a été le premier à recruter un professeur de couleur.
;
Marie-Geneviève Une femme de Janine Boissard .  Bourgeoise, écrivaine, sa vie est un vrai roman. Elle a des difficultés à être reconnue mais ses écrits, très populaires ont du succès. Elle y narre la vie des femmes, des mères. Elle a beaucoup de lecteurs. Le courrier des lecteurs atteste de son apport à la lecture.
*Disponible à la médiathèque
;
Robert Canada de Richard Ford . Roman écrit à la hauteur d'un ado de 15 ans. La première partie décrit une famille avec 2 enfants, fille et garçon, qui bouge beaucoup au gré des postes de leur père dans l'armée. Puis le père quitte l 'armée et se lance dans le commerce avec plus ou moins de bonheur jusqu'à s'associer dans des combines avec des délinquants. L'une de ces combines est un fiasco dont le père est responsable et la famille se retrouve à devoir de l'argent à un créancier menaçant. Pour y faire face les parents commettent un hold-up mais ils sont arrêtés quelques jours plus tard. Pour éviter l'orphelinat, la fille s'enfuit en Californie et Dell, le garçon, est conduit chez un ami de sa mère au Canada dans une toute petite ville, Fort Royal. Cet ami possède un hôtel qui organise des parties de chasse à l'oie et d'autres activités moins légales (prostitution). Dell découvre les comportements mystérieux et parfois violents des hommes qui fréquentent l'hôtel. Un jour Dell est témoin d'un double assassinat, les victimes étant enterrées sur place. Dell est ensuite envoyé à Winnipeg dans une autre famille pour reprendre ses études et ne revient plus à Fort Royal. Mais il restera silencieux toute sa vie sur ce drame. 50 ans plus tard il prend sa retraite de professeur et rend visite à sa sœur malade d 'un cancer en phase terminale après une vie marquée par l 'errance et l'alcool. Plus qu'une histoire familiale c'est un roman fort sur la fin de l'innocence, la jeunesse perdue et l'enchaînement des événements qui peuvent empêcher des avenirs...Prix Fémina étranger 2013. Texte de Robert.
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal Voyage au bout de l'enfance de Rachid Benzine .  Au moment où il allait présenter une poésie à son instituteur, Fabien est emmené, clandestinement, en Syrie par ses parents. Avec sa fraîcheur enfantine il va décrire la monstruosité du régime islamiste. Ses parents croient à un paradis. Son prénom, Fabien, devient Farid. Il recueille un chien errant, avec l'accueil parental, et l'animal sera égorgé sous ses yeux avec l'explication: « voilà ce qu'on fait aux chiens des infidèles ». Bon élève de l'école coranique il est embrigadé dans l'école des lionceaux du califat qui enseigne la délation de tout le monde y compris des plus proches. Il voit l'amie de sa maman pendue à un réverbère, il en vomit et sera donc giflé par l'émir qui ordonne aux autres enfants de le frapper. Ce qu'ils feront, mais sans lui faire de mal. Quand le califat tombe, les conditions de vie deviennent atroces dans des camps de réfugiés où la situation sanitaire est horrible. Fabien se réfugie dans sa passion du foot, dans l'écriture et la poésie, quand c'est possible, dans le camp de réfugiés aux conditions inhumaines. Fabien-Farid paie, là-bas, les choix de ses parents, victimes de l'endoctrinement de Daesh.
*Disponible à la médiathèque
;
Jacques Ernest Pignon Ernest (E.P.E.). À la faveur de l'exposition du peintre E.P.E. à Landerneau un livre a été édité de ses écrits et commentaires, au milieu des photographies de ses œuvres. L'artiste est hanté par le corps humain qu'il dessine, grandeur nature, sur un papier fin, de qualité médiocre, au fusain et à la pierre noire. Ses affiches, engagées, seront déchirées par la police, sur les murs de Paris, et, ce, avant qu'elle ne reconnaisse la dimension de son auteur, précurseur du street art.E.P.E. dessinera sur les émigrés, l'avortement, les féminicides et les phénomènes sociaux. Il parcourut les pays pauvres, toujours en collant sur les murs, à Haïti, à Soweto. Les dessins d'E.P.E. seront photographiés puis sérigraphiés. E.P.E. est l'auteur de «Face aux Murs», sur les œuvres éphémères collées dans des lieux précisément choisis, de par le monde.

Bernadette a cité Je revenais des autres de Mélissa Da Costa et La saga des Florio de Stéphania Auci.

samedi 21 mai 2022

Nos lectures de Mai 2022

Présents :  Chantal D., Marie-Madeleine, Roger, Chantal J., Monique et Véronique (invitée)

Notre prochaine rencontre : Samedi  18 juin

Site de la médiathèque: https://www.facebook.com/mediatheque.bouguenais.44/


;
Monique : La volonté de Marc Dugain .  Le grand-père de l'auteur est sur un bateau pendant la 1° guerre mondiale, et sa grand-mère élève seule leurs trois enfants. Pour subvenir aux besoins familiaux le père de Marc Dugain va jouer le rôle de chef de famille et s'embaucher chez un châtelain, la maman faisant des ménages avant d'ouvrir un bistrot. Le fils va aussi braconner pour améliorer l'ordinaire jusqu'au jour où il sera paralysé des jambes. Le châtelain lui fera rencontrer un professeur de ses connaissances qui soignera la poliomyélite du malade. Le père de Marc Dugain aura une grande volonté, réussira à sauver une de ses jambes, fera des études supérieures en physique-chimie et intègrera la Recherche. De retour de la guerre le grand-père retrouvera sa femme mélancolique, sombrant dans l'alcoolisme et la mésentente familiale s'installera. Officier de marine, le deuxième fils rencontrera sa future femme dans le train. Cette dernière est une fille unique dont le père est une « gueule cassée ». Le couple partira en Nouvelle Calédonie où naîtront leurs deux fils avant un départ au Sénégal. Ces éloignements sont dus aux recherches scientifiques du mari, sur le terrain. Cette séparation sera dure pour les parents de l'épousée. Marc Dugain aura du mal avec son père, très rigoureux. Il l'admirera au fur et à mesure qu'il grandit et qu'il comprendra son histoire puis finira par s'en rapprocher. Récit en partie journalistique avec de très belles pages sur la colonisation.
*Disponible à la médiathèque
;
Marie-Madeleine Vivre avec nos morts de  Delphine Horvilleur. L'auteur, rabbine, a fait beaucoup d'années de théologie. Le livre, constitué de courts chapitres, est émaillé de textes sacrés de la religion juive. Un chapitre sur l'accompagnement des familles lors des obsèques, un sur l'amitié entre Simone Veil et Marceline Leridan, un autre sur Israël,... Il sera question du «tourbillon de l'holocauste» et de tout un pan de vie où c'est le vide. «On en revient toujours aux racines», «Donner un sens à la mort». «Transmuer la mort en leçon de vie pour ceux qui restent». L'auteure va chercher les vies des personnes de sa famille qui l'auront construite. Livre facile à lire.
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal Jacqueline Jacqueline de Jean-Claude Grumberg . Ce sont des chapitres de souvenirs partagés avec sa femme sur leur vie et leur immense amour. D'autres sur les thèmes de la mort, du deuil, du chagrin... Certains passages sont tellement beaux que cela mérite d'être partagé: «je suis la proie de ce temps qui ne veut pas passer»...«où que j'aille le chagrin m'assaille»... «un chagrin d'enfant dans un corps de vieillard»... «Comment peut-on vivre des jours si longs dans des mois si courts»... «il nous a quittés et je me suis aperçue que je ne savais rien de la mort»... Références à la Shoah: «la mort sous des noms d'emprunt: rafflé, interné, déporté, sélectionné, disparu».
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal Idiss. B.D. de Richard Malka et Fred Bernard . Histoire de la Grand-Mère de Badinter d'après le récit de son petit-fils..
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal :Esprit es-tu là? de Dominique Ehrhard .Merveilleux Pop up (que de beaux pliages!) accompagné de textes qui parlent avec finesse et sensibilité des émotions. «Lorsque tu te sens seul, lorsque le chagrin déborde de tes yeux, alors viens. Viens chez moi... Je suis Sowi Ingwa, le cerf». Au cours des cérémonies chez les indiens Pueblo on offre des petites statuettes protectrices aux enfants, les poupées kachinas. Elles incarnent l'esprit du hibou, du cerf, de l'aigle...
*Disponible à la médiathèque
;
Roger Anne Belinda de Patricia Wentworth. John, riche bourgeois, va partir à la guerre, celle de 14-18. Auparavant il va se promener, incognito, dans les propriétés qu'il partage avec sa famille. Il y rencontre une de ses cousines, adolescente. Ils ont un échange étonnant dont l'avenir montrera qu'il en gardera un souvenir fort. Bien des années après, voulant revoir Anne il se présente dans la propriété familiale. Il croisera un instant celle qu'il cherche avant qu'elle ne disparaisse. Tous les membres de la famille refusent de parler d'Anne, dont sa sœur jumelle récemment mariée et mère d'un bébé. Anne est bannie, personne ne connaît son adresse... C'est parti pour une recherche où, après avoir trouvé un secret, John en découvrira un autre, dans cette société où les tabous, les interdits et les convenances ont tout fait pour créer une situation dramatique. Que d'embûches rencontrées par John par amour pour Belinda!
*Disponible à la médiathèque

samedi 30 avril 2022

Nos lectures d'Avril 2022

Présents :  Chantal D., Marie-Madeleine, Roger, Isabelle, Bastien, Marie-Geneviève, Madeleine, Jacques, Bernadette.

Site de la médiathèque: https://www.facebook.com/mediatheque.bouguenais.44/

;
Bastien:  Réflexion  d’ Élisabeth Lim  .  La Chine doit faire face à une invasion de Huns. L'empereur ordonne un grand enrôlement dans tout le pays. Mulan, fille unique de la famille Fa va décider de prendre la place de son père boiteux pour protéger sa famille et son pays. Elle se travestit et entre dans l'armée sous le nom de Ping, sous les ordres du capitaine Shang Li. Au cours d'une bataille, le capitaine reçoit un coup mortel en la protégeant. Mulan très émue par ce geste, va tout faire pour que son capitaine s'en sorte vivant. C'est, accompagnée de Shishi, le gardien de Shang, qu'elle part dans le Diyu, le royaume des morts pour récupérer l'âme de son ami. Texte de Bastien
;
Isabelle  L'autre moitié du monde  de  Laurine Roux . Un grand domaine, en Espagne, dans les années 30, est dirigé par un autocrate, exclavagiste. Une petite fille analphabète perçoit toute la réalité du mal infligé aux personnes. Elle est très touchée par un instituteur et son piano et ira vers l'école, apprenant progressivement à lire et à écrire. La vie de cette enfant sera marquée par la mort d'un proche, tué. Elle n'aura de cesse de venger tous les gens maltraités dans ce monde très riche mais dans lequel les ouvriers sont mal considérés. Les personnages sont « bien campés ». De la sensibilité. Belle écriture, poétique.
*Disponible à la médiathèque
;
Bernadette La cuisinière de Mary Beth Keane . Histoire de la femme la plus dangereuse de New York : Marie Typhoïde (1869-1938). Elle est cuisinière et les médecins la repèrent comme porteuse saine de la fièvre typhoïde. Elle est arrêtée et mise à l'isolement sur une île face à Manathan. Cette femme indépendante et insoumise refusera de coopérer. Enfermée pendant plusieurs années, elle restera dans le déni de « sa maladie ». Elle tentera de prouver qu'elle n'est pas contagieuse. Puis les journalistes vont s'en mêler et son procès mettra l'Amérique en émoi. Réussissant à sortir de l'isolement, elle repartira, cuisinière à nouveau, mais dans un autre État, toujours porteuse du germe. Cette femme aura été malmenée et maltraitée.
;
JacquesEt le ciel m'est rendu de René Guy Cadou . C'est une édition récente d'un recueil de poèmes que l'auteur n'avait pas voulu publier. Jacques « fréquente » R. G Cadou depuis l'âge de 17 ans !

;
Chantal D. La couleur de l'eau de James Mc Bride .L'auteur américain est journaliste, écrivain et musicien. Obama honorera son écriture « humaniste ». Il rend hommage à sa maman, femme très croyante, forte, fière et très volontaire. Jeune juive polonaise, avec une influence religieuse forte, elle épousera un pasteur noir américain et se convertira au christianisme. Ils auront huit enfants. Remariée elle élèvera aussi les quatre enfants de son second mari. Très croyante, mais « pas une sainte », elle glorifie la culture et le savoir. « La richesse sans la culture n'a aucune valeur ». Elle est surtout, et avant tout, sans préjugés et antiraciste. Grandir aux États Unis pour un enfant noir est un héritage difficile à porter. Même dans la précarité, il faudra accéder au maximum d'enseignement. Seul élève de couleur, l'auteur va intégrer un établissement pour les blancs où, timide, il aura des difficultés à vivre. Sa mère, quoique méprisée par les blancs, sera dynamique, hypersécurisante. Sa maison sera toujours dans un grand désordre (elle a un travail extérieur). Elle communiquera la joie de vivre avec comme priorité, l'avenir de ses enfants, dans les meilleures écoles. Il y aura des moments difficiles mais ils réussiront tous.
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal D. S'adapter de Clara Dupont-Monod. Histoire racontée par la fratrie de l'enfant différent. Les bouleversements vécus par chaque membre de la famille nous touchent. Roman magnifique, lumineux, qui se déroule dans la maison familiale dans une nature belle et puissante.
*Disponible à la médiathèque
;
Marie-Madeleine J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond d'Alexis Jenni . . (Prix Goncourt pour L'art français de la guerre). C'est l'histoire vraie de John Muir, créateur des Parcs Nationaux, aux États Unis qui aura eu une enfance très rigoriste. Nous sommes en 1875. Beaucoup d'évocations de la nature, des animaux, des grandes forêts. Très beau récit.
;
Marie-Geneviève Paroles d'honneur de Leila Slimani (texte) et Laêtitia Coryn (illustration). B.D. sur les rapports hommes-femmes au Maroc. Poids de la société, de la religion d'État et de la loi coranique. L'auteure a rencontré des femmes marocaines et témoigne. Il y est difficile de tisser des relations saines entre les sexes.
*Disponible à la médiathèque
;
Roger : La tante qui ne voulait pas mourir de Shirshendu Mukhopadhyay. Écrivain bengali le plus célèbre et le plus populaire. Somlata, de famille pauvre, épouse un homme d'une caste supérieure. Ils s'installent dans une immense maison où vit la famille de l'époux, dont la tante Pishima, femme terrible pour tous par ses propos méchants et accusateurs. Notamment envers Somlata qui assistera à sa mort. Puis, toute sa vie, sa nièce l'entendra lui parler. En fait, ce que Sumalta entendra c'est sa conscience, bonne ou mauvaise. Cette grande famille, orgueilleuse de part la naissance, vit de la vente de ses biens et de ses trésors. Les hommes sont désœuvrés et ne savent rien faire. Somalta sera une femme aimante et compréhensive sur tous les défauts des uns et des autres. Elle anticipera le moment où cette famille sera démunie, ayant épuisé toutes ses ressources. Elle sauvera son couple en décidant, difficilement, son mari à entrer dans le projet d'un commerce, financé au départ par le trésor de la vieille tante défunte, trésor qu'elle lui avait «attribué». La psychologie de l'héroïne est étonnante: douce, acceptante, opposant le silence aux accusations et aux méchancetés, elle avancera ses pions doucement, sachant contourner toutes les pesanteurs sociétales.
 

samedi 26 mars 2022

Nos lectures de Mars 2022

Présents : Chantal D., Marie-Madeleine, Roger, Chantal J., Isabelle, Daniel, Bastien, Marie-Geneviève, Jeannine, Marianick

Site de la médiathèque: https://www.facebook.com/mediatheque.bouguenais.44/

;
Isabelle: Les femmes artistes sont dangereuses de Laure Adler et Camille Viéville . Les femmes qui ont créé ont dû mener un combat permanent, épuisant. Les hommes ont construit la notion du beau alors que 70% des personnages de tableaux sont féminins, dont des nus pour les trois quarts d'entre eux. Les femmes peintres eurent accès à l'art par leurs maris ou leurs pères, dans l'ombre donc.     Elles étaient interdites dans les écoles d'art et, éventuellement, considérées comme artisanes et non artistes.  Au début du xx° siècle, Paris, ville d'Art, reçoit beaucoup d'étrangers et les femmes commencent à accéder à la peinture. Elles sont mises en avant par les conservateurs de musées. 
Coup de cœur
;
Marianick La vie en relief  de Philippe Delerm. Un garçon de 16 ans a une première expérience amoureuse avec la femme d'un soldat au front pendant la guerre de 14/18. Celle-ci doit jongler avec les permissions de son mari. Le jeune garçon est très centré sur cette relation mais il ne se sent pas responsable et tout sera remis en place, au final. La jeune femme, elle a 25 ans, prend tout sur elle-même quand elle est enceinte. C'est dur, à la fin. Adapté au cinéma.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Madeleine Le pays des autres de Leïla Slimani . En 1944 une jeune alsacienne rencontre un militaire marocain dans l'armée française. Ils se marient et partent près de Meknès, dans un domaine, à la campagne. Mathilde se sent étouffée. Elle est seule et isolée dans une ambiance suspicieuse à son endroit. Ils auront deux enfants. Les terres sont arides et son mari est très travailleur mais l'argent manque. En 1956 la montée des violences est le prélude à l'indépendance. La fille du couple souffrira du rejet des filles de colons dans leur école de sœurs. Les luttes émancipatrices sont décrites avec les colons qui ne se sentent plus chez eux, les indigènes habitués à être dans un pays colonisé et les militaires français sur un sol étranger. Les personnages sont présentés sans aucun jugement.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Françoise Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig . Deux passions: celle de cette femme amoureuse qui quitte mari et enfants pour un jeune polonais, et l'addiction au jeu de celui-ci. Nous sommes en 1900 et le narrateur « défend contre tout » cette aristocrate anglaise qui lui raconte sa passion dévorante et sa volonté de sauver son amant. Pour l'auteur la passion est dévastatrice. Freud affirmait que Zweig concrétisait ses théories.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Roger Le Pingouin d'Andreï Kourkovauteur ukrainien . L'animal de compagnie de Victor Solotarev est un pingouin. Il l'emmène partout où il le peut, le promène et achète beaucoup de poissons surgelés. Mais Victor vivote des commandes de nécrologies qu'il écrit, à la demande, sur des personnages en vue, responsables politiques ou autres, et ce, alors que les « intéressés » sont en pleine activité. Il faut dire que l'histoire se passe dans un pays, non nommé, où les décès n'ont, parfois, rien de naturel. Et puis  l'auteur, ukrainien, a écrit ce récit en russe d'une façon comique redoutable, même si les situations sont loin de se prêter à la dérision. Un personnage important viendra voir Victor à intervalles plus où moins longs et réapparaîtra pour lui demander d'héberger sa fille quelque temps avant de disparaître à jamais. Le pingouin agrémente les situations tout au long du récit jusqu'à avoir un rôle capital, malgré lui bien sûr, lorsque son maître verra son tour arriver dans la série des disparitions, pas si mystérieuses que ça. Lecture captivante de ce roman au succès international.Déjà présenté le 9 janvier 2021.
L'auteur a publié Les abeilles grises, son dixième roman, le 2 février 2022.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal L'éternel fiancé d'Agnès Desarthe. C'est une vie de femme avec des moments mélancoliques. L'écriture est sensible et très élégante. A l'école maternelle, Étienne, 4 ans, lui a fait une déclaration d'amour. « Il sera mon fiancé ». Elle gardera, toute sa vie, la nostalgie de ce souvenir. Il y aura les regrets de tous les rendez-vous manqués qui font très mal. Elle est la narratrice. Mariée, deux enfants, elle va croiser l'inoubliable Étienne adulte. On la suit car « on y est ». C'est magnifique, très bien écrit et pas destructeur.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Jean-Michel Une femme en contre-jour de Gaëlle Josse . C'est la vie de Vivian Maier, qui photographiait les gens dans la rue à New York, Chicago...,  tout en étant employée de maison. Elle ne montrait jamais ses clichés qu'elle gardait dans des cartons. Ayant refusé de s'acquitter du loyer de son garde-meuble, son contenu a été vendu aux enchères. Elle a réalisé surtout des autoportraits. On voit comment l'art a dominé sa vie. Elle aura tout donné à la photographie mais ,toujours, en cachant ses réalisations. 
Coup de coeur
;
Bastien : Cavalier vert  de Kristen Britain. Une jeune fille, Karigan, rêve d'aventure. Elle croise un messager du roi qui, blessé, va mourir dans ses bras. Elle prend son cheval et tente de porter le message au roi. Elle est traquée par des hommes et rencontrera des « excentriques ». Belle enquête des cavaliers verts pour retrouver le message. Piège dans la forêt. Univers magnifique. L'autrice est garde forestière, elle aime les chevaux et fait de belles descriptions.

*Disponible à la médiathèque
;
Daniel : La fille qu'on appelle de Tanguy Viel . Ancien mannequin pour lingerie féminine elle demande au maire dont son père est le chauffeur, de lui octroyer un logement. Ce qu'il fait avec une contrepartie sexuelle. Des péripéties vont la conduire à déposer plainte pour abus.
*Disponible à la médiathèque
 

samedi 26 février 2022

Nos lectures de Février 2022

Présents : Chantal D., Marie-Madeleine, Roger, Chantal J., Isabelle, Daniel, Bastien, Marie-Geneviève, Jeannine.

Site de la médiathèque: https://www.facebook.com/mediatheque.bouguenais.44/


;
Chantal J. : La simplicité du kayack de Frédéric Gilbert. . . «... peur des vagues...l'odeur du varech est prégnante... le ressac me submerge... plaisirs aquatiques... côté sympathique du kayack de mer... chasse aux morses... pêche au saumon... une telle multitude de tâches... mes retours ne sont pas sans effets... partir et maintenir le cap...»

;
Isabelle : La décision de Karine Tuil . La solitude de la juge antiterroriste est bien expliquée. Belle écriture que ce récit construit à partir d'une documentation solide. Elle doit décider de la remise en liberté d'un jeune homme selon son intime conviction. Il y a un risque de dangerosité de cet individu accusé de terrorisme. Dilemme professionnel.
*Disponible à la médiathèque 
Isabelle a lu plusieurs coups de cœur évoqués lors de nos dernières séances: À la verticale de soi de Stéphanie Bodet Un jour ce sera vide de Hugo Lindenberg ,Un amour infini de Daniel Bercheux et Blizzard de Marie Vingtras
;
Daniel : La famille Martin de David Foenkinos . En panne d'idées pour son projet de roman, il décide d'approcher des personnes rencontrées pour trouver, dans leurs histoires personnelles, la matière de son récit. Madeleine, dame âgée, est d'accord pour participer et, lorsqu'ils se voient chez elle, sa fille voit cela d'un mauvais œil. Au final l'auteur va rencontrer tous les membres de la famille. Madeleine fut amoureuse d'un américain qui a disparu et qui, soixante ans après, réapparaît sous la forme d'un petit mot qu'il lui adresse. On se laisse porter par l'histoire qui raconte aussi le chagrin de l'auteur après une rupture, sa tentative de renouer s'avérant impossible. Chaque personnage va se dévoiler et l'écrivain accompagnera Madeleine aux États Unis revoir son américain.
*Disponible à la médiathèque
;
Jeannine :Milwaukee Blues de Louis-Philippe Dalembert . En mémoire du meurtre de Georges Floyd en mai 2020, étouffé par le genou d'un policier, une vague d'indignation soulève une manifestation de grande ampleur. Dans ce roman l'auteur crée le personnage d'Emmett, un jeune noir tué dans les mêmes conditions en 1995. L'évocation de ce personnage se fait d'après les témoignages de ceux qui l'ont connu: son institutrice, sa grand mère, l'amie de celle-ci: Ma Robinson, ex gardienne de prison devenue pasteure, son coach au football, discipline où il excelle à l'université. Tous dressent le portrait de quelqu'un de timide, droit, bien élevé, qui aurait pu parvenir à une belle carrière dans le sport. Une grave blessure met fin à ses espoirs. Après il doit se contenter de petits boulots.Un jour, dans une épicerie, il paie avec un billet qui paraît douteux. La police appelée « 9.1.1 » l'arrête. Immobilisé au sol, étouffé sous le genou d'un policier, malgré son cri « je ne peux plus respirer », il décède. C'est une juste reconstitution de la vie dans les ghettos noirs, des drames qui s'y déroulent encore souvent. Les manifestations pacifiques qui veulent les dénoncer peuvent être détournées par des extrémistes de tous bords. S'ensuit une répression démesurée. Texte de Jeannine
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal D. : Où vivaient les gens heureux de Joyce Maynard . C'est le parcours d'une femme, généreuse, pleine de vie et qui se relève toujours, de 1970 à maintenant. Son enfance difficile avec des parents indifférents déterminera le fil de son existence. L'auteur parle très bien de l'amour, dans ce récit plein de fantaisie, hymne à la nature avec de magnifiques descriptions. Elle fera tout pour ses enfants, afin, notamment, de leur éviter tout chagrin et toute déception. Son mari est créatif mais pas réaliste, on ne peut compter sur lui. Endormi, il ne surveille pas ses enfants, il sera responsable ainsi d'un accident entraînant le handicap de l'un d'eux. Puis sa relation avec la baby Sitter obligera sa femme à le quitter sans en dire la raison aux enfants, pour protéger l'image du père. Elle en perdra l'amour de sa fille qui l'accuse de l'empêcher de vivre à la ferme avec lui. C'est un peu rude de voir cette mère qui va jusqu'au bout pour l'amour de ses enfants, compte tenu de son enfance personnelle. Elle sera dans le pardon et s'occupera de la fin du papa atteint gravement du cancer. 
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque 
;
Roger : Tokyo Express de Matsumoto . Sur une plage, loin de Tokyo où ils habitent, une femme et un homme sont trouvés morts, ensemble. Sans désordre dans leurs beaux habits, on constate le suicide par absorption de cyanure. Contre toute évidence l'inspecteur Mihara, à Tokyo, doute de la version officielle car le couple n'avait manifestement pas de relation intime et, s'ils étaient dans le même train au départ de la ville, il s'avère que leurs séjours étaient indépendants. La mise en cause de l'homme dans un énorme scandale d'affaires louches impliquant un ministère où il travaillait incite aussi à la suspicion. Les alibis des protagonistes sont béton et les voyages des uns et des autres pendant les événements sont passés au crible sans succès au grand dam de Mihara. Dans ce roman les horaires des trains et des avions constituent la trame de l'enquête. Cette dernière aboutira et le roman connaîtra un succès planétaire.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
 

Bastien est en train de lire " Le cavalier vert", cycle de high fantasy, avec l'héroïne Karigan de Kristen Britain et, aussi, Monster de Naoki Urasawa, manga, thriller. (Un chirurgien, doit opérer et sauver, soit un enfant arrivé le premier, soit un chanteur célèbrissime. Il choisira l'enfant. Il saura bien plus tard, que ce dernier deviendra un assassin)


samedi 29 janvier 2022

Nos lectures de Janvier 2022

Présents : Bernadette, Chantal D., Marie-Madeleine, Roger, Françoise, Monique, Jacques, Jean-Michel, Robert,         Chantal J., Marianick, Isabelle, Madeleine, Éric, Daniel.

Site de la médiathèque: https://www.facebook.com/mediatheque.bouguenais.44/
Notre prochaine rencontre : Samedi 26 Février


;
Marianick : La nuit italienne de Nicole Fabre . Rome 1924. Dans une Italie où le succès de Mussolini ne fait que croître, Giulia, 13 ans, refuse de rejoindre les jeunesses fascistes et défie les règles édictées par sa famille bourgeoise. Elle se lance à corps perdu dans sa passion pour l'art et la littérature. Elle deviendra la journaliste de la maîtresse du Duce (Mussolini), femme qui domine le milieu de l'art italien. Giulia se trouve partagée entre son amour pour un talentueux peintre antifasciste et son attirance pour le sensuel et dangereux « Italo Balbo », ministre de l'aréonautique de Mussolini. Alors que le monde est en train de basculer, la jeune femme aura besoin de toute sa détermination pour naviguer au cœur des heures les plus sombres de l'Histoire.Texte de Marianick.Roman historique. Tous les personnages ont existé.
Coup de coeur
;
Daniel : Les choses humaines de Karine Tuil . Description de l'univers des médias et des journaux télévisés avec leurs « grands journalistes » et leurs pouvoirs. Jean Farel est un journaliste en vue et sa femme Claire une célèbre féministe. Tout leur réussit mais leur vie va basculer lorsque leur fils, Alexandre, étudiant aux États Unis, est accusé de viol. L'affaire est sordide. Elle éclate en plein mouvement me too. Le procès est la deuxième partie du roman
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Isabelle : Avant que le monde ne se ferme d' Alain Mascaro . Magnifique premier roman. Anton est tsigane dans une famille du cirque qui se produit en Europe et jusque dans les steppes de Mongolie. Il y a beaucoup de féérie, c'est une communauté de personnages hauts en couleurs. Jack, violoniste, a un rôle important dans l'éducation d'Anton.On va traverser tous les génocides du siècle. Jeune homme en 1940, dans la communauté tsigane qui sera anéantie dans son ghetto, il en sera le seul rescapé. «Très très beau livre», avec une belle écriture sur la notion de liberté, notamment, dans la culture tsigane.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque : .
;
Madeleine : Le berceau de Fanny Chesnel . Joseph, agriculteur normand à la retraite est veuf. Il fabrique un berceau pour sa petite fille qui va naître. Coup de téléphone: son fils et son compagnon périssent dans la catastrophe aérienne alors qu'ils allaient au Canada chercher le bébé. Désemparé, Joseph aura une obsession, élever la petite fille. Il ne s'était pas beaucoup occupé de ses enfants mais avait une grande d'admiration pour son garçon. Lui qui n'avait jamais quitté sa terre ira au Canada, malgré sa peur de l'avion. Sa fille l'aidera dans ses démarches. Livre « tout doux », facile à lire.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Marie-Madeleine : Blizzard de Marie Vingtras . En Alaska, au coeur d’une tempête, nous entrons dans les réflexions intimes de cinq personnes : Benedikt, Bess, Freeman, Cole et Clifford. La situation : le petit Thomas, dix ans, a disparu. Il a lâché la main de Bess à la sortie du chalet. Tous les autres protagonistes partent à la recherche de l’enfant. L’auteur nous fait pénétrer tour tour dans les pensées de chacun des personnages : leur passé, les raisons de leur présence en Alaska, leurs liens entre eux et avec l'enfant. Les fils se tissent petit à petit. C’est prenant, le récit est haletant. C’est un thriller. Texte de Marie-Madeleine
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal D. : Un jour ce sera vide d' Hugo Lindenberg . Le narrateur a dix ans. Il vit avec sa grand mère, une mamie qui est très bonne pour lui, et une tante bizarre dont il a honte. Il est émerveillé par les relations au sein des familles qu''il observe sur la plage. Son copain, Baptiste, a une famille heureuse. La maman de Baptiste l'aime bien et il voudrait bien l'avoir pour mère. Il est heureux d'être accepté et aimé chez eux. Sa grand mère parle en yiddish au téléphone et a pour habitude de raconter la mort. Il a entendu la mère de son copain dire était « juisse ». Seuls quelques mots ou phrases nous renseignent un peu sur l'histoire familiale (balles allemandes, kippa...). L'absence maternelle est pesante.Le roman est poétique, profond, plein de non-dits et de questionnements. Il y a une belle image de l'amitié entre deux enfants très différents.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Chantal J. :Les enfants d'Ulysse de Carole Declercq . Autrice de « Ce qui ne nous tue pas », de « fille du silence),… elle est passionnée de récits de vie et de sociologie. Ses romans s'inscrivent dans un contexte social et historique qui nous amène à réfléchir sur des sujets sensibles. Ici c'est l'engagement au service des autres et notamment des migrants dont il est question. Le roman nous plonge dans la Grèce de 2016, pays meurtri par la crise économique et par la fermeture des frontières dans les Balkans décidée en réaction au flot de migrants suscité par la décision allemande d'en acceuillir un million. Après le démantèlement d'un camp (Idoméni) en Macédoine, des jeunes ont disparu dans la nature. Carole Declercq nous raconte le parcours de deux d'entre eux, Hamsza, 15 ans, et sa sœur Fériel âgée de douze ans. Ils tentent de rejoindre un frère domicilié en Autriche en passant par le massif du Paiko. Ils vont rencontrer une vieille dame de 86 ans Elliniki, grecque vivant sur les hauteurs de Kastanidès, entre la République de Macédoine et l'Albanie.Roman bouleversant qui nous fait vivre avec émotion le chemin parcouru par ces deux enfants pour arriver dans un lieu où la défiance et la colère sont exprimées ouvertement à l'égard de ceux qui sont différents. On découvre aussi le parcours personnel d'Ellini, les épreuves qu'elle a traversées, son isolement et la puissance de son engagement.Texte de Chantal J.
Coup de coeur
;
Françoise : Blessures, sixième volume du Manifeste incertain de Frédéric Pajak . Autobiographique. L'auteur, franco suisse, est rédacteur en chef de journaux satiriques. Il a écrit cette série de dix volumes sur des personnages ignorés de leur vivant. Sa grande richesse est, pour lui, de parler plusieurs langues. Il est aussi dessinateur et ses tableaux, en noir et blanc, confortent les impressions nées du texte. Le résultat est inclassable, ni roman, ni B.D. Son enfance a été marquée, lors de ses dix ans, par la mort du père. Ses parents étaient séparés et sa mère toxique. Accidentés en Espagne, sa mère et lui, elle dira : «Je voulais nous suicider». Avec son nouveau compagnon, elle emmènera son fils, pour ses quatorze ans, dans un camp de nudistes. L'expérience est cauchemardesque pour lui. «Ma mère a tué mon innocence». La solitude de l'enfant fait qu'il doit se débrouiller avec ce qu'il vit. «Livre sur le souvenir et la mémoire et sur ce qu'on fait de sa vie.»
Coup de coeur
;
Bernadette : Une vie inestimable d' Anne-Marie Revol . Prudence est forte à l'extérieur, mais fragile à l'intérieur. Elle a 86 ans. Deux individus viennent la dévaliser et la ligotent sur une chaise de la cuisine. « Vous m'avez serré les poignets trop fort, le sang ne circule plus » ! Ils savent qu'elle a fait des « cadeaux inestimables » à ses petits enfants. Ils pensent donc qu'elle a beaucoup d'argent. Mais, pour cette femme engagée, les cadeaux les plus beaux sont les histoires de sa vie racontées à ses sept petits enfants. Saga familiale avec une héroïne lumineuse et courageuse.Livre sur la transmission.
Coup de coeur
;
Robert : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d' Harper Lee . L'auteure, américaine, a publié ce roman en 1961. Nous sommes dans les années 30, au sud des États Unis. Un avocat, qui élève seul ses deux enfants, est commis d'office pour la défense d'un homme noir qui a violé une femme blanche. C'est raconté par un de ses enfants, avec le regard de l'enfance. Dans cette petite ville on n'accepte pas qu'on puisse défendre un noir en justice. Les voisins manifestent leur incompréhension. L'enfant questionne, les adultes ont du mal à répondre. Il entend des remarques désagréables au passage de sa famille. Beaucoup de justesse et pas de jugement moral dans ce récit qui n'est pas un roman de combat. Lors du procès, la défense a démontré que l'agression était celle d'un autre homme. Ce livre eut un impact énorme.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Jean-Michel : Bérézina de Sylvain Tesson . Refaire le trajet suivi par la Grande Armée en Russie. Cela permet de comprendre la déroute napoléonienne. C'est intéressant car l'avancée de Napoléon est expliquée. La Bérézina a sauvé cette armée avec, notamment la construction par les pontiers de trois ponts dont deux pour faire une diversion qui a été efficace. Récit de voyage de l'auteur.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Roger : Apeirogon de Colum Mc Cann . Un israélien et un palestinien voyagent ensemble pour raconter leurs histoires et se battre pour la paix. Lors de ses 17 ans Bassam a été condamné à 7 de prison. Sa fille, Abir, 10 ans, a été tuée d'une balle dans la nuque, à la sortie de l'école, par un garde-frontière israélien de 18 ans. Bassam étudie l'holocoste. La fille de Rami, Smadar, avait 13 ans lorsqu'elle a été tuée par un kamikase palestinien qui s'est fait exploser dans la foule. Bassam et Rami étaient nés pour se haïr et leur amitié improbable est un témoignage vibrant de leur engagement, lors de conférences et de rencontres diverses, pour la compréhension entre leurs peuples. Ce livre, témoignage de l'occupation israélienne et des humiliations subies par les palestiniens se lit avec compassion. Il est construit de façon originale avec des sauts dans le temps et des passages sans liens apparents avec l'histoire principale. Mais le récit s'en trouve attractif.
Coup de coeur
*Disponible à la médiathèque
;
Jacques : Le rapport de Brazza de Pierre Savorgnan de Brazza . Savorgnan de Brazza a été un explorateur de l'Afrique Centrale et Administrateur des territoires coloniaux. Puis il a été chargé, avec une mission de 15 à 20 personnes, de faire une étude sur la situation dans les colonies. Ce rapport, qu'il a rédigé avec son équipe, a été enterré tout de suite, car trop explosif. Commandé en 1905, rendu en 1907 il sera publié en 2014 dans une excellente présentation. La vocation « d'éduquer les peuples » s'est heurtée aux emprises économiques et les avanies de la colonisation sont ainsi dévoilées.
Coup de coeur
;
Jacques : Nu avec Picasso d' Enki Bilal . Nuit hallucinante passée par Bilal dans le musée Picasso. Il cauchemarde, déambule, se cogne, raconte l'amour de Picasso pour Goya.
Coup de coeur
;
Bastien : Le Donjon de Naheulbeuk : Les veilleurs de Glargh de John Lang (alias Pen of Chaos) . Avant propos : à l'origine, le donjon de Naheubeuk est une série audio (uniquement sonore donc) écrite par John Lang sous le pseudo de Pen of Chaos. Elle raconte l'histoire d'une compagnie d'aventuriers qui partent à l'assaut du donjon de Naheulbeuk pour dérober une statuette aux mains d'un sorcier. Statuette qui permettra l'accomplissement de la prophétie. L'auteur parodie l'univers fantastique que l'on retrouve dans les œuvres de ce genre, en particulier les jeux de rôles et les jeux vidéo. Il en va de même pour ce livre, dont l'histoire se déroule en parallèle de la quête narrée dans la série audio. Rassurez-vous, il n'est pas obligatoire d'avoir écouté la série audio pour comprendre le livre. Si jamais vous n'en connaissez pas un mot, il existe une encyclopédie sur internet très complète. Les veilleurs de Glargh, raconte l'histoire de l'unité des furets, gardes de la ville de Glargh. Cette unité est composée d'un ancien charcutier, d'un ingénieur alcoolique, d'un médecin bavard, d'une amazone à la beigne facile, d'un nain cupide, d'une magicienne, … Les jours se suivent et se ressemblent: patrouiller en ville et rédiger des rapports. Mais par hasard, cette unité se doit de mener une enquête sur un double homicide. Mais derrière ce qui semble être un cambriolage qui a mal tourné, d'autres organisations s'agitent dans l'ombre. Textes adressés par Bastien