samedi 19 janvier 2019

Nos lectures de Janvier 2019

Nous étions 12 : Nous avons accueilli Jeannine et Isabelle venues faire la connaissance de notre groupe, suite à la présentation qui en a été faite par Chantal J. dans le Journal de Bouguenais.Chantal J, Elise, Marie-Madeleine, Eric, Bernadette, Daniel, Roger, Chantal D., Madeleine, Françoise.
Cécile, la directrice de notre médiathèque nous accueille, toujours aussi sympathiquement, et nous annonce une matinée de lecture le samedi 9 mars, dans le prolongement de la soirée de la veille au Pianock'tail où se sera joué « Traviata ». Le thème retenu sera « La Dame aux Camélias » ou sur « Les Courtisanes ».
Elle sollicite notre participation. Daniel, Chantal J., Marie-Madeleine, Bernadette et, certainement Marie-Geneviève, se proposent d'y lire des textes.
Dans la foulée, Chantal J. nous invite à venir, le 2 février à 16h00, à l'audition de sa chorale de filles,« Pam Pam Girls ».


Résultat de recherche d'images pour "tenir jusqu'à l'aube"
Isabelle : Tenir jusqu'à l’aube de Carole Fives. Seule à élever sa fille, elle lui dit un conte où transparaît sa propre histoire de femme retenue par les contraintes de la vie. Elle raconte, avec l'image de cette chèvre qui a lutté toute la nuit. Belle écriture, beaucoup d'émotions. Coup de cœur. Lu d'un trait par Isabelle.                 
* Disponible à la médiathèque 

Le soleil sous la soie par Marchal

Madeleine : Le soleil sous la soie d'Eric Marchal. Péripéties de vie de ce « chirurgien barbier » ambulant de la fin du 18ème siècle. Le décès d'un de ses malades, un noble, l'oblige à la fuite. Il rejoindra l'Armée où il pratiquera la « chirurgie de guerre ». Il retrouve ensuite Nancy et y acquiert de la compétence avec sa passion pour les ouvrages d'anatomie et la médecine par les plantes. Sa vie sentimentale -il a beaucoup aimé- accompagne le récit qui s'inscrit dans l'Histoire qu'on étudie ainsi aisément au travers de ce roman.
* Disponible à la médiathèque 


De purs hommes par Mbougar Sarr

Marie-Madeleine : De purs hommes de Mohamed Mbougar Sarr. Nous sommes au Sénégal, à Dakar.Une foule en furie déterre le cadavre d'un homme supposé homosexuel et qui, de ce fait, n'a pas sa place dans le cimetière commun. Un universitaire, horrifié par ce spectacle vu sur une vidéo, va chercher à savoir qui était cet homme. Il rencontrera sa mère. Comment être pleinement soi, sans ne se trahir ni se mentir, quel qu'en soit le prix ? Coup de Coeur (livre « coup de poing » même, selon Marie_Madeleine).
* Disponible à la médiathèque 



Françoise : L'autre George de Mona Ozouf. A l'instar de George Sand, une écrivaine anglaise, George Eliot s'est fait connaître, avec succès, sous une identité masculine jusqu'à la découverte du subterfuge qui signera la fin de ce succès. Passionnée de George Sand, Mona Ozouf va montrer tout ce qui est remarquable dans les romans de cette auteure anglaise novatrice : elle parle du peuple, des ouvriers, de la place des femmes dans la société.


Désolations par Vann

Chantal D. : Une connaissance inutile de Charlotte Delbo. Témoignage de Charlotte sur sa vie dans les camps de concentration, à Auswitch à partir de 1943. Récit très complet sur ce « camp ». Poignant.  
Désolations de David Vann. (Auteur américain). En Alaska, un couple est en mésentente et le mari veut s'installer sur un îlot, dans une cabane de rondins, afin de vivre dans la nature. Il est enthousiaste mais inexpérimenté et sa femme, qui l'aime, l'aide et lui donne une dernière chance malgré son désaccord sur le projet. Il est un être complexe, insécurisant. Ils vont enfin y vivre et connaître un climat dur, impitoyable, avec une issue tragique. Leurs enfants sont aussi dans des couples en difficulté. Ecriture « cinématographique » avec des descriptions très réalistes des paysages.
* Disponible à la médiathèque 
La ballade du café triste de Carson Mc Cullers. (l'un des plus grands écrivains américains du XX ème siècle).  Recueil de sept nouvelles. Très belle écriture pour ces récits sur la solitude, le besoin d'amour et l'acceptation de la différence.                                                                                                                                                             
Changer l'eau des fleurs par Perrin


Elise : Changer l'eau des fleurs de Valérie Perrin. Cette femme très gaie et aimant la vie habite dans le cimetière dont elle est la gardienne. On suit son parcours d'existence, depuis son adolescence. On découvre la dureté de son passé et les souffrances qu'elle a endurées. On se demande, avec tout ce vécu, comment elle a pu devenir si joyeuse et énergique. Son histoire a un lien avec cet aboutissement au cimetière. Lequel ?....
* Disponible à la médiathèque
Les bracassées  par Roger


Roger : Les bracassées de Marie-Sabine Roger. Deux femmes atypiques racontent alternativement leurs vies. L'une, âgée et obèse est agoraphobe et ses relations à autrui sont très problématiques. L'autre est jeune, marginale et autiste la Tourette. Elle a des réactions violentes et déconcertantes. Elles vont se croiser brutalement d'abord, puis créeront un groupe improbable avec un très vieux photographe, notamment.Leurs récits sont pleins de fraîcheur, d'observations personnelles truculentes. L'humour est sans cesse présent avec des approches de la réalité totalement inattendue. La lecture est très prenante et l'intrigue savoureuse.
* Disponible à la médiathèque

C'est où le Nord ? par Maeght


Bernadette : Entre ciel et terre de Jon Kalman Stefanson. Jeune féru de poésie, il s'embarque avec son ami au milieu de  pêcheurs. Il  lira un recueil de poèmes à son ami et ce dernier va mourir de froid. Il fera tout pour retrouver le livre de poèmes afin de le rendre au marin qui leur avait donné. Rudesse des relations, rituels, sont au rendez-vous dans les fjords d'Islande. Ecriture sensible et poétique.         
* Disponible à la médiathèque                                                         
C'est où le nord ? de Sarah Maeght. Elia, professeur de français dans un collège parisien est déboussolée par ses collègues qui sont dépressifs et ses élèves peu intéressés. Elle a sa grand mère, son poisson rouge qui est son confident, et son amour, Victor, qui s'installe chez elle, dans son petit appartement. On vit le quotidien de cette jeune femme qui adore Paris mais ne sait pas trop où elle va. Portrait d'une génération dans la France d'aujourd'hui. « Les phrases galopent, les mots crépitent ».
* Disponible à la médiathèque


Résultat de recherche d'images pour "L'autre fille"


Chantal J. : L'autre fille d'Annie Ernaux. Lettre écrite à sa sœur décédée de la diphtérie à l'âge de six ans, avant même sa naissance. Elle aura connu cette existence, cette naissance et ce décès, par inadvertance alors qu'elle même était encore enfant. Annie Ernaux aura perdu sa sœur du croup, alors qu'elle-même est une « miraculée » après avoir eu le tétanos.
Coup de coeur
* Disponible à la médiathèque

samedi 15 décembre 2018

Nos lectures de Décembre 2018

Nous étions 11 : Chantal J, Monique, Elise, Marie-Madeleine, Eric ,Bernadette,  Daniel, Roger,  Chantal D., Marie-Geneviève, Christine.

Les Aventuriers de la mer, Tome 1 : Le vaisseau magique par Hobb
Marie-Madeleine : Le vaisseau magique Robin Hobb. Premier  livre sur Les aventures de la mer. L'auteure a écrit un texte singulier et prenant qui nous « scotche ». C'est un univers imaginaire avec un ancrage dans la réalité.  Un village médiéval de bord de mer avec des « vivenefs », bateaux des familles, qui ont leurs humeurs et peuvent décider de changer de cap...Il y a une invasion de pirates.... On rencontre des serpents maléfiques, mais ils ne le sont pas tous.... On croise des personnalités bien campées tel ce fils, moine qui se défroque pour une « vivenef ». Ce récit est bien écrit et il «nous emporte».                                                       
* Disponible à la médiathèque (Série à succès dont une dizaine de volumes sont à la Médiathèque)
Blaise Cendrars - L'or d'un poète par Cendrars

Bernadette : Blaise Cendrars, l'or d'un poète et histoires vraies. Miriam Cendrars. Frédéric Louis Sauser  alias Blaise Cendrars est né en Suisse  de parents baroudeurs. Sa fille Miriam raconte sa vie, sa nationalisation française, ses voyages en Russie, aux Etats Unis, au Brésil, etc.. et ses rencontres avec beaucoup de peintres, comme Fernand Léger, Delaunay, Picasso.... Il perdra un bras lors de la guerre 14 18 et écrira le livre « La main coupée », ainsi que de courtes histoires (Le Brésil.. La tour Eiffel..). Il eut une vie riche, en découvertes artistiques notamment, et pensait qu'il était poète dès le berceau ce qui lui a fait écrire un poème rétrospectif de cette période.

Hillbilly Élégie par Vance

Chantal D. : Hillbilly élégie James David Vance . Récit autobiographique de cet avocat « transfuge » de son milieu, dans les Appalaches, région sinistrée après l'abandon des mines de charbon et des usines métallurgiques. La population, stigmatisée, sans reconversion possible est en grande difficulté. L'auteur décrit les siens sans culture, dans la violence et l'alcoolisme. Le désinvestissement familial est désastreux pour les enfants. Il n'y aucune entraide. Il ira à l'Université grâce à son courage et, surtout, avec le soutien de sa grand mère qui avait le sens du devoir, de l'honneur et de l'effort. Il en devient sévère avec les siens et parle de paresse. Best seller.

Le cri de la mouette par Laborit

Elise : Le cri de la mouette Emmanuelle Laborit . Elle est née sourde et si elle n'a pas de relation avec son père et un peu avec sa mère, tout changera quand ils apprendront la langue des signes tous les trois.Elle gagnera en autonomie et va beaucoup s'occuper de sa petite sœur. Approchée par un metteur en scène, celui-ci lui proposera un rôle dans l' « Enfant du silence ». Elle aura du mal à exprimer ses sentiments par la parole préférant la langue des signes. C'était vraiment intéressant, Elise a adoré.

Nuits blanches et gros câlins par Bussola
Marie-Geneviève : Nuits blanches et gros calins Mattéo Bussola. Auteur de bandes dessinées il travaille chez lui tout en s'occupant de ses trois petites filles. La paternité l'a transformé, c'est sa « re-naissance ». La maman est illustratrice. Il y a beaucoup de joie et d'humanité dans ce livre, sympathique et très facile à lire. Les petites conversations avec les enfants sont délicieuses. Les nuits sont courtes d'autant qu'il ne peut travailler que très tôt, le matin. Le papa est très bohème et  un peu désordonné ce qui entraîne un certain décalage avec d'autres familles. Ecriture agréable. C'est plein de tendresse.
* Disponible à la médiathèque
Illusion tragique par Piersanti

Daniel : Illusion tragique Gida Piersanti. Deux histoires de cette auteure italienne. Mario vit seul avec sa mère Stella. Avec son copain Ricardo ils sont intrigués par ce voisin qu'on voit toujours seul alors qu'ils ont cru apercevoir une autre personne chez lui. Ils cambriolent l'appartement de Roberto qui les surprend. Dans leur fuite, poursuivis par Roberto, Mario s'esquive et voit son compère poussé dans la rivière. Lourd secret d''autant que Stella se mettra en ménage avec Roberto. Mario fera vivre un enfer au couple avant de partir aux Etats Unis rejoindre son père.La narratrice est auteure et écrit sa propre histoire. Elle aime son mari. Mais ça se gâte. Tragédie et suspens….
* Disponible à la médiathèque
Chien-Loup par Joncour

Roger : Chien Loup Serge Joncour. Une maison isolée, très difficile d'accès, loin d'un petit village des Causses, au milieu d'une nature luxuriante et giboyeuse. Deux histoires à un siècle de distance. Les hommes du village ainsi que ceux du cirque installé là, sont mobilisés pour la guerre de 14. Le dompteur va rester car il est allemand et il installera sa dizaine de fauves auprès de la maisonnette lointaine. Première veuve de guerre au village, la femme du médecin aura une idylle avec ce dompteur dans un climat très tendu où lions et tigres auront une place pas qu'anecdotique !  En 2017 un producteur de film et sa femme décident de louer ce gîte inhabité depuis 20 ans pour y passer leurs trois semaines de vacances. Là, encore, bien des péripéties en ce lieu où le téléphone portable  ne « capte » pas et où la nature environnante peut paraître hostile, jusqu'à ce grand chien, sorti de nulle part, qui va leur montrer un  attachement étonnant. Des situations aventureuses nous attendent aussi avec la venue de collaborateurs voulant faire signer un contrat controversé.   
* Disponible à la médiathèque

samedi 17 novembre 2018

Nos lectures de Novembre 2018

Nous étions 11 : Françoise, Chantal J, Monique, Elise, Marie-Madeleine ,Bernadette,  Daniel, Roger, Jacques, Chantal D., Marie-Geneviève

Résultat de recherche d'images pour "Deux remords de Claude Monet"
Françoise : Deux remords de Claude Monet Michel Bernard. Récit de l'existence de Monet au milieu de nombreux peintres impressionnistes. La vie privée de ces passionnés de peinture est décrite, avec leurs mobilisations pour la guerre, leurs familles, les décès d'enfants et leurs sorties plus ou moins rapides de la misère. Peindre à la demande de clients permettent à Renoir et Monet de s'enrichir rapidement. Monet sera affecté par la mort de son amour, Camille, qui fut son modèle.     
* Disponible à la médiathèque                                                  

Bakhita de Véronique Olmi déjà présenté par Eric est un très beau roman, Coup de cœur. 
Résultat de recherche d'images pour "Le Lambeau"
Monique : Le Lambeau Philippe Lanson. Cet homme dynamique de 51 ans a été blessé très grièvement dans l'attentat de Charlie Hebdo. C'est le récit de son vécu avec son entourage à la Pitié Salpétrière. Le personnel soignant est jeune, sa chirurgienne aussi. Il a subi 17 opérations. Il revient sur sa vie, son enfance, sa jeunesse, ses amours. C'est poignant et sans haine. Il vit de musique, de lecture, dans l'art et... sous protection policière. Avec son visage abïmé, il a du mal à quitter l'hôpital. Coup de cœur. 
* Disponible à la médiathèque
Les rêveurs
Marie-Madeleine : Les rêveurs Isabelle Carré. Son enfance, dans les années 70, est dans une ambiance « post soixante huitarde zen » où la vie « ressemblait à un rêve flou », dans une famille « déglinguée ». Elle se sauve de cet univers, à la « texture d'un rêve », dans le théâtre où elle peut jouer tous les personnages et y trouver son équilibre.  Belle écriture.Des sauts d'une période à une autre, et d'un personnage à l'autre. Lecture intéressante. 
* Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "Et tu n'es pas revenu"
Chantal D. : Et tu n'es pas revenu Marceline Loridan Evens . C'est une lettre d'amour à son père qui n'est jamais revenu de la déportation. Tous les deux ont été dénoncés et déportés en même temps lors de ses 16 ans. Elle a connu plusieurs camps et a y croisé son père une fois dans une scène bouleversante. Elle ne se sent pas bien accueillie en revenant dans sa famille  car on attendait beaucoup le retour paternel. Impossible de raconter son vécu, de partager ce passé que personne ne veut entendre. Elle a un rapport faussé avec son corps, dévoilé devant Menguele de triste mémoire. Elle refusera la maternité, sera soignée contre la tuberculose et tentera de se suicider. Toute sa vie elle aura la quête de ce père qu'elle aimait plus que tout. Elle en sera inconsolable. Ecrit poignant, glaçant parfois. Coup de cœur.
* Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "Obia"
Marie-Geneviève : Obia Colin Niel. Roman policier dans la société guyanaise, multiraciale, dans laquelle s'immergent de nombreux réfugiés du Surinam voisin en guerre. Nous sommes en 1980. La trame tourne autour d'un trafic de drogue, d'un convoyeur de stupéfiants -une mule-, soupçonné de meurtre. C'est un policier qui raconte et décrit le racisme, la misère, l'insécurité, les croyances, la guerre civile avec la destruction de villages au Surinam par le gouvernement de ce pays. C'est un plaisir de lecture, car au delà de l'intrigue, on est plongé dans cette société si bien décrite. Coup de cœur.
* Disponible à la médiathèque
Ásta par Stefánsson
Bernadette : Asta Jon Kalman Stefansnson. La vie d'Asta défile depuis sa naissance par le biais des souvenirs de son père qui est blessé. Cet homme repense à sa vie et à son premier amour, la mère d'Asta, ainsi qu'à la fille de cette dernière qui a vécu auprès de lui. C'est une lecture émouvante avec « l'amour en dépit des défaites » en place centrale. Description des souffrances liées à la difficulté de témoigner de son amour. L'univers poétique n'est pas loin tant l'écriture est belle. Magnifiques descriptions des paysages islandais. 
* Disponible à la médiathèque
Rade amère par Gouézec
Chantal J . : Rade amère Ronan Gouezec. Policier. Premier roman. Deux personnages. Un homme ayant des difficultés financières veut partir avec sa femme et sa fille après le décès de son fils de 16 ans dans un accident de pêche pas clair.  Il croisera le marin d'un bateau-taxi. C'est là que commence l'histoire. Récit très bien écrit, très instructif sur le langage maritime. Belles descriptions. On peut parler d' « écriture cinématographique ». Coup de cœur.
Le ranch des trois collines par Meacham
Elise : Le ranch des trois collines Leila Meacham. A la naissance des jumeaux, les parents décident de n'en élever qu'un seul, le garçon. La fille sera adoptée par un couple n'ayant pu procréer. A 20 ans elle devient archéologue. Son frère rencontrera alors un homme lui annonçant être son père  biologique. Le frère et la sœur ignorent chacun l'existence de l'autre. La sœur participe à des fouilles qui permettent de trouver du pétrole et il se trouve que son frère travaille dans l'industrie pétrolière. Ils  se rencontreront....     Coup de cœur.
Maria par Villeneuve
Daniel. : Maria Angélique Villeneuve. Maria a élevé sa fille seule. Grand mère elle est confrontée à l'éducation dispensée à son petit fils qui la choque car sa fille laisse libre cours aux pulsions féminines du garçon.Le compagnon de Maria conteste, lui aussi, cette éducation. Il va couper les cheveux de l'enfant. Puis il va quitter Maria. A la naissance du deuxième enfant la maman décide de taire son sexe à Maria et lui interdira de s 'en enquérir. Maria transgressera l'interdit lorsqu'elle sera seule avec le bébé. La souffrance de Maria, sujet principal du récit, s'amplifiera car sa fille se fâchera à cause de cette intrusion.
* Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "Le grand troupeau"
Jacques : J'ai tué et la main coupée de Blaise Cendrars. Hommages aux jeunes au front et vie quotidienne des vieux et des femmes qui restent. Pendant la guerre de 14 18, l'auteur, suisse, s'est engagé dans la Légion Etrangère. Il  a perdu une main dans les tranchées et mourra, manchot, en 1960                
Le grand troupeau de Jean Giono. L'auteur,gazé pendant la « Grande Guerre », a tellement souffert qu'il en deviendra objecteur de conscience et refusera de se battre en 1940. Il se verra « récupéré » par Vichy à cause de ses textes contre la guerre !
Les cigognes sont immortelles par Mabanckou
Roger : Les cigognes sont immortelles Alain Mabanckou. Ce roman, en partie autobiographique, est le récit, à la première personne, d'un jeune collégien de 13 ans. Trois jours d'événements, qui se passent au Congo et sont présentés sous un angle naïf, humoristique. Un plaisir de lecture. Les relations familiales, sur fond de polygamie, les voisins, le marché, la vie au collège sont racontés par Michel, doux rêveur, qui imagine des cigognes partout. On lui avait dit que les morts devenaient ces oiseaux. Tout se corse pour les siens lors de l'assassinat du président par un de ses oncles.  
* Disponible à la médiathèque

samedi 20 octobre 2018

Nos lectures d'octobre 2018

Nous étions 12 : Françoise, Chantal J, Monique, Elise, Madeleine V., Madeleine M., Bernadette,  Daniel, Roger, Jacques, Chantal D., Eric. Excusées : Marie-Madeleine, Magali


Résultat de recherche d'images pour "Celle dont j'ai toujours rêvé de Mérédith Russo."




Elise : Celle dont j'ai toujours rêvé de Mérédith Russo. Amanda est transgenre. Déclarée garçon elle se sent fille. Après une tentative de suicide un médecin l'aidera à changer de sexe. Au lycée elle sera amoureuse d'un garçon et elle s'interrogera sur l'opportunité de dire son histoire. La vérité dévoilée la gêne alors qu'elle est bien acceptée. Livre pour ados sur le courage d'être soi et de l'affirmer. Coup de cœur.

Résultat de recherche d'images pour "par un matin d'automne de robert goddard."




Madeleine V. : Par un matin d'automne de Robert Goddard. A 70 ans cette anglaise, qui n'a pas connu sa mère, se rend à Amiens au mémorial franco-britannique des soldats de la guerre 14/18 et y découvre que son « père » a été tué un an avant sa naissance. Recherches à rebondissements sur un fond historique. Secrets de famille, meurtres...

Résultat de recherche d'images pour "Accès direct à la plage de blondel"
Chantal J: Accès direct à la plage de Jean Philippe Blondel. Plusieurs histoires de vacances au bord de mer racontées par ceux qui les ont vécues. Beaucoup d'humour, de fantaisie, de réalisme. Lecture « rafraîchissante ».
* Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "D'ailleurs les poissons n'ont pas de pieds de"
Bernadette : D'ailleurs les poissons n'ont pas de pieds de Jon Kalman Stefansson. Deux personnages : le narrateur et son meilleur ami qui revient au pays, l'Islande, au bout de trente ans. Il venait de recevoir un colis   d'objets-souvenirs de la part de son père avec qui il n'avait aucune affinité. Retour dans son enfance avec, notamment , l'expérience initiatique, dans sa douzième année, de la pêche dans le bateau paternel. Atmosphère islandaise, paysages décrits avec poésie et sensibilité
* Disponible à la médiathèque



Résultat de recherche d'images pour "Qui a tué mon père d'Edouard Louis."




Chantal D. : Qui a tué mon père d'Edouard Louis. L'auteur revient sur ses relations ambivalentes avec son père et la gêne de celui-ci concernant l'homosexualité de son fils. Le récit de son enfance est bouleversant dans sa dureté. Quelques moments de tendresse, toutefois. Dénonciation du système qui broie les ouvriers. Souffrance de son père au travail avec l'obligation de reprendre un poste de balayeur après un accident de travail très invalidant. Réquisitoire envers les politiques qui légifèrent contre les plus défavorisés. Roman écrit avec une approche sociologique. Retour à Reims de Didier Eribon. Homme qui revient dans sa ville natale et retrace l'histoire de sa famille et son ascension sociale. Il mène une réflexion sur les classes sociales, la sexualité,....
* Disponible à la médiathèque
Résultat de recherche d'images pour "Vous n'aurez pas ma haine"




Monique : Vous n'aurez pas ma haine d'Antoine Leiris. Veuf après le drame du Bataclan, il s'occupe seul de son enfant de 17 mois. Il doit lui dire ce qui est arrivé. Belles pages sur le rôle paternel. Ouvrage très émouvant, poignant.
* Disponible à la médiathèque



Nos vies




Daniel : Nos vies de Marie-Hélène Lafon. La narratrice imagine les vies des clients d'un Franprix à partir de l'observation de leurs physiques, de leurs langues, de leurs attitudes. Elle réalise un maillage du quartier. C'est sans dialogues. Elle invente l'histoire de ceux qui ne réapparaissent pas. Elle parle de ses parents épiciers et de sa grand mère, de ses trois frères.         Sa vie amoureuse avec Karim qui ne sera jamais présenté à sa famille, est aussi dans ce récit.

* Disponible à la médiathèque



Résultat de recherche d'images pour "canada de richard ford"






Françoise : Canada de Richard Ford. Le frère et la sœur sont jumeaux. Ils ont conscience de l'immaturité de leurs parents et s'interrogent sur leur couple: la mère est introvertie, hostile au monde, alors que son mari est sympathique, gai, charmeur. A sa retraite il se lance dans des « trucs louches » et s'endette. Tous les deux font un hold-up, se font prendre et sont emprisonnés. Leur fils est recueilli par une amie de la famille et sera embauché par un directeur d'hôtel. Quant à sa sœur, elle a disparu, partie avec son « petit copain ». Cinquante ans après ils se retrouvent et reviennent sur ces événements qui les ont marqués. Coup de cœur.
* Disponible à la médiathèque


Le Club des incorrigibles optimistes




Roger : Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guénassia.  Ce groupe d'hommes a créé un cercle pour se retrouver et jouer aux échecs, notamment. Ils sont des transfuges de l'Union Soviétique où ils ont dû laisser leurs familles en échappant aux terribles purges. Ils ont du mal, économiquement, et trouvent à travailler avec difficulté. Joseph Kessel et Jean-Paul Sartre fréquentent le groupe et apportent une aide à ses membres, éventuellement. Un jeune garçon raconte son immersion parmi ces personnages et le lien particulier avec l'un d'eux qui est ostracisé par les autres. Belle description des vies et des pesanteurs psychologiques. Un beau récit, avec une documentation riche. Coup de cœur. Roman emprunté à la médiathèque. 
* Disponible à la médiathèque