samedi 24 mars 2018

Nos lectures de Mars 2018

Nous étions 12 : Chantal D., Marie-Madeleine, Françoise, Monique, Eric,Bernadette, Madeleine, Chantal J., Daniel, Jacques, Christine et Roger..

Chantal.J : « Tais-toi et meurs » d'Alain Mabanckou Un jeune congolais raconte, depuis sa prison, son arrivée à Paris et l'instrumentalisation dont il a été la victime.  Accueilli par un groupe de compatriotes africains, il se trouve mêlé à leurs trafics et sera embarqué dans des « plans » de plus en plus louches. Attendant l'un des siens au bas d'un immeuble il assistera à la défenestration d'une femme, événement constitutif de l'histoire.  C'est le récit de son parcours parisien et sa confiance en ceux qui ont la même origine que lui.  Suspens autour des raisons de sa fausse identité pendant ses pérégrinations alors qu'il était en règle, à l'arrivée.
Marie-Madeleine : Deux B.D. empruntées à la médiathèque : Alexandrin ou l'art de faire des vers à pieds d'Alain Kokor et Pascal Rabaté. Rencontre entre  un vieux monsieur « paumé », qui ne s'exprime qu'en alexandrins,  et un jeune garçon en fugue. Belle tonalité de dessins.La guerre de Catherine de Julia Billet et Claire Fauvel.  Pendant la guerre, une petite fille juive fuit et se cache de place en place, en changeant de nom. Pendant la traque, elle photographiera ses différents lieux de fuite et des personnages rencontrés. Très jolie B.D., réalisée par la fille de l'héroïne d'après le vécu de sa mère. La narration nous emporte.
Bernadette : De l'ardeur de Justine Augier. Une avocate syrienne, membre d'une ONG de son pays, enlevée en 2013 est disparue depuis. Elle recueillait les témoignages de prisonniers et de leurs familles, et décrivait les tortures infligées, les persécutions et la cruauté du conflit. Elle s'est immergée dans des groupes d’opposants et d'activistes et son récit interroge sur la présentation de l'Histoire telle qu'elle est médiatisée.Primée de nombreuses fois -avec le prix Sakarov notamment-, elle n'a pas tenu compte des nombreux signaux d'alerte qui lui étaient adressés.
Madeleine a eu beaucoup de plaisir à lire « Le chœur des femmes » de Marin Wincker. Intéressant et humain, c'est l'histoire d'un médecin à l'écoute des femmes. Ce « pavé » existe en Poche.Du même auteur, « La maladie de Sachs ».
Daniel : Les huit montagnes de Paola Cognetti : Bruno garde ses vaches dans la montagne . Il va y rencontrer Pietro, enfant de la ville que son père, montagnard chevronné et bourlingueur, entraîne dans ses performances. Une grande amitié naît entre les deux garçons. Enfant contemplatif, Piétro refusera un jour de suivre ce père taiseux et exigeant. Avec la complicité de sa mère il deviendra cinéaste et aura l'occasion d'accompagner une équipe de montagards dans le Népal ! Bruno et Piétro seront donc longtemps éloignés et, lors de leurs retrouvailles, ils équiperont un refuge dans la montagne. Livre savoureux et reposant. Belle lecture. Daniel nous a lu une très-très courte histoire qu'il a lui-même écrite, « Ma première colo ». Un bel hommage aux montagnes de l'Isère que notre écrivain a arpentées en culottes courtes à l'âge de onze ans.  (texte Chantal J)
Chantal D. et Roger : La longue attente de l'ange de Mélania G. Mazzucco. La vie du peintre Le Tintoret écrite à la première personne par une spécialiste de l'artiste. La vie de ce fils de teinturier est l'aventure d'un homme d’exception : talentueux, déterminé et avec une énergie peu commune. Il élèvera sa fille naturelle avec sa nombreuse famille. Marietta sera le centre de sa vie et aura du talent se faisant un nom, La Tintorette. Description édifiante de la redoutable peste, qui décima Venise. Contemporain dans sa jeunesse de Michel Ange, il sera ostracisé par Titien qui domine la peinture et craint ce rival potentiel. Après ses débuts dans une chambre-atelier misérable, avec des rats et inondable, il connaîtra une ascension difficile. Ecriture dense et prenante.
Jacques nous parle de l'un des grands poètes soviétiques, Ossip Mandelstam, mort en 1938 dans un camp du goulag, près de Vladivostok. Réhabilité sous Gorbatchev.

1 commentaire: